Sites Inria

English version

Start-up

30/06/2017

Enquêtes d’opinion internes : opensquare libère l’intelligence collective

© Fotolia - Denchik

Opensquare, jeune start-up issue de l’équipe-projet ALMAnaCH du centre Inria de Paris, réinvente les enquêtes d’opinion internes. En automatisant le processus de recueil et d’analyse des réponses, l’entreprise donne la parole aux employés et présente les préconisations des collaborateurs de façon pertinente pour libérer l’intelligence collective.

« opensquare considère qu’il y a beaucoup à retirer de l’intelligence collective. Les collaborateurs sont une mine d’informations et d’idées qui peuvent créer ou renforcer la collaboration et le partage de bonnes pratiques.  » Telle est la philosophie générale de la toute jeune start-up opensquare définie par l’un de ses fondateurs et responsable de l’équipe-projet ALMAnaCH du centre Inria de Paris, Benoît Sagot.  La structure, qui a tout juste 6 mois d’existence, est spécialisée dans l’automatisation de l’analyse d’informations émanant des enquêtes internes auprès des salariés.

Chercheur chez Inria en traitement automatique des langues, Benoît Sagot a développé l’outil informatique permettant d’automatiser le recueil et l’analyse des résultats d’enquêtes en 55 langues, laissant l’expertise métier à ses trois associés spécialisés en ressources humaines. « Auparavant, le recueil et l’analyse des réponses s’effectuaient manuellement. Cela était long et coûteux. Rajoutez à cela des langues différentes quand la firme est internationale, et les problèmes de cohérence étaient alors fréquents. D’où l’idée d’automatiser tout ce processus  », analyse-t-il.

Mais l’outil va nettement plus loin. En effet, en croisant les données, il peut identifier des problématiques très spécifiques grâce aux réponses issues des questions ouvertes, comme l’explique le chercheur : « Si un sujet est évoqué de manière récurrente à une question ouverte, non seulement opensquare va pouvoir faire ressortir cette problématique mais aussi mesurer l’importance de ce sujet pour les collaborateurs.  »

Opensquare ambitionne également de réaliser tout le processus d’enquêtes et de rendre les questionnaires plus pertinents grâce à ce logiciel : « opensquare est un cabinet de consultants en ressources humaines avec des technologies et des approches innovantes  », note Benoît Sagot. Une fois le questionnaire élaboré avec le client, il est mis en ligne afin que les employés puissent y répondre. La start-up récupère ensuite les données que le logiciel se charge de traiter et génère automatiquement des présentations PowerPoint répondant aux attentes des managers. « Ces présentations sont ensuite le point de départ pour un travail d’expertise et de conseil réalisé auprès des niveaux les plus élevés de l’organisation  », précise le scientifique.

Une société née du transfert technologique d’Inria

Si opensquare est une start-up qui fonctionne très bien (elle compte déjà une dizaine de clients dont la moitié sont des entreprises du CAC 40), c’est sans nul doute grâce à la collaboration très forte avec le centre Inria de Paris. En effet, elle s’inscrit dans la lignée des autres start-up ayant bénéficié du transfert technologique d’Inria. Un pied dans la recherche et un pied dans l’application industrielle, voici ce qu’apprécie Benoît Sagot : « Même si je suis chercheur Inria avant tout, j’aime me confronter à des exigences différentes entre la recherche et l’industrie. » Une complémentarité qui nourrit ses travaux de recherche : « Ce sont deux univers très complémentaires. Les attentes industrielles me donnent un éclairage précieux sur le type de recherches à mener. La valorisation s’effectue dans les deux sens  », poursuit-il.

Pour le futur, les dirigeants veulent pousser l’automatisation de l’analyse le plus loin possible mais également aller au-delà des enquêtes internes. « Aujourd’hui, l’heure est à une très grande réactivité en entreprise. Les réseaux sociaux internes, des enquêtes plus courtes mais plus fréquentes, les entretiens annuels ou les enquêtes 360 nous offriront de nouvelles opportunités de traiter d’autres informations provenant des salariés  », analyse le scientifique.

#50ansInria

Pour Benoît Sagot, le deep learning (approche statistique à base de réseaux de neurones), connaît un succès prometteur aujourd’hui et devient progressivement la norme dans le traitement automatique des langues. Ainsi pourrait-on sortir du seul langage et y ajouter tout le contexte non-linguistique : « Un outil nécessaire pour mieux exploiter la masse de données qui circulent sur Internet, comme le texte, les images, la vidéo, etc…  », précise le chercheur.

Mots-clés : Opensquare Almanach Enquêtes d’opinion internes Intelligence collective Start-up

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !