Sites Inria

English version

Success story

Mediathena - CD (*) - 7/10/2019

Olivier Duchenne : entrepreneur-développeur en série

Six ans après la fin de sa thèse préparée à Inria Paris, Olivier Duchenne a déjà créé deux startups avec son épouse en Corée : Solidware et Adriel . Les jeunes chefs d'entreprise ne sont jamais à court d'idées, dont ils évaluent systématiquement la pertinence en les confrontant aux besoins du terrain.

Olivier Duchenne, spécialiste des algorithmes de machine learning , un type d'intelligence artificielle lié à l'apprentissage automatique, est désormais un entrepreneur aguerri. Ses premières envies de créer une entreprise remontent à ses études. Elles ne l'ont jamais quitté depuis, même si le chercheur estime que son parcours est, somme toute, assez habituel.

Je pense que tous les programmeurs finissent par avoir envie de construire quelque chose par eux-mêmes, commente-t-il. Lorsque l'on développe un programme et qu'il commence à s'exécuter tout seul, on a le sentiment d'avoir donné vie à une machine. C'est finalement un peu la même chose avec une entreprise qui, une fois lancée, se met à vivre presque seule et à s'auto-entretenir avec l'aide des collaborateurs recrutés.

Solidware pour les banques et les assureurs

Établi à Séoul avec sa femme, Sophie Soowon Eom, et ses deux jeunes enfants, ce scientifique formé à l'École normale supérieure, puis à Inria, a fait sa thèse au sein de l'équipe-projet Willow, spécialisée dans tout ce qui concerne la reconnaissance visuelle. Son sujet de prédilection, la détection de catégories d’objets dans des images, le conduit à se frotter durablement au machine learning« Avec ce mode d'apprentissage, l'algorithme de reconnaissance ne s'appuie plus sur des règles définies par le programmeur mais sur les exemples qui lui sont fournis et qui vont lui permettre de monter progressivement en performance » , explique-t-il.

Le premier passage à l'acte entrepreneurial se produit en Corée en 2014, deux ans après la soutenance de sa thèse à Paris, et alors qu'il travaille pour une entreprise de computer vision . Lors d'une rencontre avec des collègues de son épouse, alors employée par Axa Direct Korea , l'idée de base lui vient : développer des algorithmes de machine learning  pour le secteur de l’assurance. « L'objectif de  Solidware était de concevoir un modèle qui apprend des données historiques pour essayer de prédire combien un client, en quête d'un prêt ou d’une police d'assurance, est susceptible de coûter ou de rapporter à une banque ou à une société d'assurance. Nos modèles ont ainsi à la fois permis à des centaines de milliers de personnes supplémentaires d’obtenir un prêt ou une police d’assurance et aux entreprises clientes d’augmenter substantiellement leurs bénéfices. »  Le succès est rapidement au rendez-vous, et avec lui un confortable rachat par Dayli Financial Group (DFG) , une fintech coréenne, en mars 2015.

Adriel pour le marketing automatisé

Deux ans et demi plus tard, Olivier Duchenne cède définitivement les rênes de Solidware (29 salariés) et se remet en chasse, caressant plusieurs projets liés à la robotique, au droit et au marketing. Ayant rencontré un grand nombre d'entrepreneurs avec d’excellents produits, mais qui éprouvaient des difficultés à se faire connaître ou à trouver des clients, il se tourne vers le marketing et crée l'entreprise Adriel  avec son épouse, début 2018.

Cette nouvelle startup, incubée par Facebook , a déjà levé près de 6,5 millions de dollars, notamment auprès des groupes coréens Samsung Electronics et LINE/Naver . Elle est aussi un partenaire officiel de Google .

Adriel a développé une plate-forme de marketing automatisé pour les petites et moyennes entreprises. L'idée sous-jacente ? Utiliser des algorithmes de machine learning pour optimiser quotidiennement les campagnes de marketing numérique lancées pour le compte des PME.

La méthode ? Les utilisateurs renseignent un certain nombre d'informations concernant leurs produits sur le site avant de proposer une image pour leur campagne publicitaire. Puis Adriel fait le reste... La jeune pousse se charge en effet de diffuser les publicités de ses clients vers les plates-formes et audiences cibles. Elle suit ensuite les retombées des campagnes menées et propose à ses clients des pistes d'optimisation en fonction des résultats obtenus.

Les premiers pas sont encourageants. Six mois après le démarrage de son service, Adriel (20 collaborateurs) a déjà lancé et optimisé des campagnes pour des milliers d’entreprises de 21 pays différents, et son volume d'affaires croît de 30 % par mois.

Mots-clés : Olivier Duchenne Willow Startup Adriel Solidware

Haut de page

Suivez Inria