Sites Inria

Baromètre Inria - TNS Sofres

11/03/2014

2ème édition du baromètre Inria TNS-Sofres sur les Français et le numérique

© Inria - TNS Sofres

Pour cette nouvelle édition, certaines questions ont été mises à jour dans l’objectif de prendre en compte l’évolution de ce secteur en perpétuel mouvement. De nouvelles thématiques sont apparues et les quelques 1145 personnes interrogées en face à face dans toute la France fin 2013 se sont vues questionnées sur « l’éducation au numérique & le numérique dans l’éducation » et sur « l’économie numérique & l’attractivité du secteur ».

Bienvenue dans l’ère de l’homo numericus !

Cette deuxième édition a permis de mettre en avant la présence croissante du numérique dans la vie des Français, mais aussi les nouvelles représentations qui en sont faites.  

En effet, les Français ont mûri : ils se rendent compte de toutes les potentialités offertes par le numérique. 91 % des français considèrent que c’est un secteur qui a de l’avenir. 79 % pensent que le numérique a des conséquences positives sur la capacité d’entreprendre et de créer son activité. Ils ont plus d'appétit pour de la formation, de l'accompagnement, de l'éducation au numérique. 75 % des Français estiment que les cours d’informatique et sciences du numérique doivent être proposés avant la terminale.
Cet intérêt se développe également au niveau du secteur de l’emploi où le numérique devient de plus en plus attractif.
Malgré cet attrait, la révolution numérique pose question et effraie. En effet, les français prennent de plus en plus conscience des enjeux et problématiques que soulève cette accélération.

Focus sur l’Ile-de-France

De façon générale la région Ile-de-France se démarque particulièrement de par son ouverture au monde du numérique, son intérêt et sa connaissance du secteur.

Ainsi, les résultats permettent de dégager le profil des habitants de la région Île-de-France en matière de numérique. Une majorité des Franciliens (40 %) déclare ainsi ne pas pouvoir se passer des outils numériques dans leur vie de tous les jours : on parle alors d’ « homo numericus ». 37 % admettent que le numérique a changé beaucoup de choses dans leur quotidien, même s’ils peuvent s’en passer. Des chiffres légèrement supérieurs à la moyenne nationale, preuve de la place importante qu’occupe le numérique dans la région.

En outre, les Franciliens s’estiment plus confiants et curieux vis-à-vis du numérique. De fait, ils souhaitent, en plus forte proportion, être mieux informés de la protection de la vie privée et des données (77 %, contre 69 % pour l’ensemble des Français) et de la sécurisation des transactions financières (73 %, contre 63 % au niveau national).

Pour ce qui est du désir de s’initier ou de se perfectionner en matière de numérique, les résultats sont un peu plus partagés. Interrogés sur les FabLabs, les habitants de la région ne se montrent pas très réceptifs : ils sont presque aussi nombreux à vouloir en visiter un qu’à ne pas vouloir y aller (45 % contre 46 %). Seuls 2 % des Franciliens ont déjà poussé la porte d’un de ces établissements.

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !