Sites Inria

English version

Prix et distinction

31/07/2018

Cryptographie post-quantique : le prix Atos-Joseph Fourier récompense deux chercheurs de PolSys

Deux chercheurs de l’équipe PolSys , commune à Inria, au CNRS  et à Sorbonne Université , viennent de remporter le prestigieux prix Atos-Joseph Fourier  pour leurs travaux dans le domaine du calcul quantique. Objectif : trouver des solutions de chiffrement résistant à l’ordinateur quantique.

La course à l’ordinateur quantique dans laquelle se sont lancés tous les géants du numérique est comparable à la course à la Lune au XXsiècle

S’enthousiasment Jean-Charles Faugère , directeur de recherche Inria et responsable de l’équipe PolSys et Ludovic Perret , maître de conférences à la Sorbonne université et membre de l’équipe PolSys . Maîtriser ces machines aux capacités de calcul plusieurs millions de fois supérieures à nos ordinateurs actuels est en effet pour les organisations une garantie d’hégémonie pour l’avenir.

Une course s’organise cependant en parallèle pour élaborer les normes de chiffrement postquantique. En effet, pour ces machines superpuissantes, les systèmes de cryptographie actuels à clé publique, ceux qui sont utilisés sur le web aujourd’hui, n’offrent plus aucune résistance. Terminés, les paiements en ligne ou les échanges sécurisés, si aucune parade adaptée n’est proposée. “Nous ne savons pas précisément quand l’ordinateur quantique aura ces capacités, il est clair néanmoins que tous les États prennent petit à petit conscience qu’ils doivent s’organiser pour établir des normes de chiffrement postquantique” , explique Ludovic Perret.

Un enjeu de sécurité nationale  

L’enjeu pour les années à venir est d’établir de nouveaux standards, à l’échelle européenne notamment. C’est l’objectif de Jean-Charles Faugère et Ludovic Perret, qui viennent de remporter le prix Atos-Joseph Fourier pour leurs travaux sur le calcul quantique. 
“Les États-Unis sont très en avance, ils comptent adopter de nouvelles normes dès 2020 - 2021 , explique Jean-Charles Faugère.En France, les choses sont plus lentes, mais le mouvement est engagé.”

L’équipe PolSys est notamment partie prenante d’un projet d’investissement d’avenir (PIA) qui rassemble une quinzaine d’acteurs du secteur, académiques et industriels, ainsi que l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI), pour préparer l’industrie française à entrer dans le monde postquantique.

Ce prix vient donc récompenser des travaux à l’impact sociétal majeur : 
“c’est une reconnaissance pour nos travaux et c’est très important pour nous, car il y a toujours des hauts et des bas dans nos vies de chercheurs, surtout quand on souhaite proposer des applications concrètes à nos travaux. Nous rencontrons des freins réglementaires, administratifs, etc. Cet encouragement a beaucoup de valeur.”  Et pour l’emporter, les chercheurs ont pu compter sur un argument-clé : ils ont su associer une expertise très théorique à des propositions d’application très concrètes.

De la théorie à la start-up

Depuis 15 ans, l’équipe-projet PolSys est spécialisée dans l’analyse de sécurité des systèmes cryptographiques grâce à la cryptanalyse algébrique. “Nous rapportons tous les problèmes de sécurité à la résolution d’équations mathématiques : nous sommes des experts en équations non-linéaires.” 
Leur objectif au démarrage de l’équipe PolSys : repérer les failles de sécurité. Mais depuis quelques années, ces spécialistes ont décidé de promouvoir leurs propres systèmes, fondés sur leur expertise très fine des problématiques de sécurité. “Nos travaux partent de la théorie mathématique en allant jusqu’à l’élaboration d’applications très concrètes. Nous ne perdons jamais de vue ces deux pôles qui font l’originalité de l’équipe PolSys.”

Première application concrète : il y a trois ans, l’équipe signe un contrat avec l’armée de terre française, pour réaliser un prototype destiné à être embarqué dans les téléphones portables des personnels envoyés sur le terrain. Aujourd’hui, les deux chercheurs sont sur le point de créer leur propre start-up : PQAT . D’une valeur de 10 000 €, le prix Atos-Joseph Fourier devrait d’ailleurs être intégré à son capital social. L’objectif : commercialiser des solutions de chiffrement postquantique ainsi que du conseil aux entreprises. Démarrage prévu à l’automne prochain.

Dates-clés :  

  • 5 Juillet 2018 : Jean-Charles Faugère et Ludovic Perret reçoivent le prix Atos-Joseph Fourier
  • Janvier 2017 : Naissance du PIA RISQ (Programme d'Investissements d'Avenir) , un regroupement de l’industrie française pour la sécurité postquantique, auquel participe PolSys
  • Septembre 2015 : création d’un prototype pour l’armée de terre
  • 2002 - 2015 : cryptanalyse algébrique de plusieurs schémas postquantique
  • Janvier 2012 : création de l'équipe-projet PolSys 

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !