Sites Inria

English version

Start-up

Mediathena - BP pour CRI de Paris (*) - 18/06/2019

Avec Antescofo, les musiciens ne répètent plus jamais seuls

Créée en 2016 par trois chercheurs d’une équipe Inria-Ircam*-CNRS, Antescofo propose aux musiciens classiques de répéter avec une application qui joue l’accompagnement d’orchestre en haute qualité sonore et s’adapte en temps réel à leurs éventuelles erreurs. La start-up, épaulée par Inria, est soutenue par de prestigieux investisseurs. Elle prévoit un lancement commercial à grande échelle fin 2019.

Tous les professeurs d’instrument le savent : c’est l’austérité des heures de travail solitaire qui mine la motivation des élèves et en conduit certains à abandonner la musique. Alors, quand une application disponible sur smartphone et tablette permet de disposer d’un orchestre complet chez soi, elle suscite un engouement immédiat. Mise à disposition sans aucune publicité à des fins de test, l’application Metronaut a déjà été téléchargée 200 000 fois aux États-Unis, en Europe, en Chine, etc.

Une appli qui se comporte comme les vrais musiciens

« Un enregistrement traditionnel impose son tempo et utilise tous les instruments prévus par le compositeur. Notre application, elle, s’adapte au jeu de l’élève et lui propose une version sans sa partie instrumentale, explique Arshia Cont, l’un des fondateurs d’Antescofo. Elle se comporte exactement comme des musiciens en répétition. » Si l’élève oublie un départ, l’orchestre s’arrête ; s’il fait une fausse note ou manque une mesure, l’orchestre continue à jouer ; s’il ralentit insensiblement, l’orchestre ralentit avec lui. Et bien entendu, le son reste toujours juste. 

Metronaut permet aussi de paramétrer un tempo plus lent ou plus rapide. Ou de transposer une pièce pour un autre instrument, par exemple pour jouer à la clarinette un concerto écrit pour le violon. Le tout avec une qualité de son exceptionnelle : « Nous enregistrons les œuvres en studio, avec de grands orchestres et des interprètes renommés. »

Machine learning, temps réel critique

Les outils logiciels capables de réaliser cet exploit sont issus de neuf ans de travaux d’une équipe de recherche Inria-Ircam-CNRS, et de la R&D menée en continu chez Antescofo. S’y ajoutent, depuis la mise à disposition de l’application, des cycles réguliers de tests et d’amélioration. « La priorité du moment n’est pas de vendre, souligne Arshia Cont.Nous analysons en continu le comportement de nos utilisateurs et nous dialoguons avec eux. » 

Sur le plan fonctionnel, Metronaut exécute un enregistrement sonore, écoute le musicien qui répète et ajuste l’exécution si nécessaire, idéalement en moins de 20 millisecondes pour que l’élève ne ressente aucun décalage. « Nous faisons appel au machine learning ainsi qu’au temps réel critique (voir encadré 2), également employé pour le pilotage des avions.Depuis peu, nous travaillons aussi sur une nouvelle réduction de ce temps d’adaptation. » 

 

« Créer une start-up, c’est devenir tout petit et très fragile »

Pour les trois cofondateurs d’Antescofo, chercheurs réputés dans leur discipline, le grand saut dans l’aventure entrepreneuriale a signifié un changement brutal de statut. « Vous devenez soudain tout petit et très fragile, dans un milieu professionnel inconnu où personne ne vous fait confiance a priori », raconte Arshia Cont. Pour négocier cette délicate sortie du labo, l’équipe s’est installée dans l’incubateur parisien Agoranov. Elle a ensuite été hébergée chez Station F, autre incubateur parisien qui réunit plus de 2 000 entrepreneurs. Elle y a notamment croisé Nobuyuki Idei, ancien PDG de Sony, qui a participé début 2019 à une levée de fonds de 4 millions d’euros.

Le soutien d’Inria : financements, visibilité, crédibilité

Quant à Inria, il a suivi de près le décollage de l’aventure, accompagné ses protégés et apporté une aide décisive aux moments-clés. À la création, il a pris des parts dans la start-up et financé le salaire de deux ingénieurs pendant un an. Puis il a bouclé en quelques mois la négociation des licences sur ses brevets ; ailleurs, il faut parfois des années... 

Inria continue à inviter régulièrement Antescofo dans des conférences et des salons professionnels. « Nous bénéficions de plus de visibilité et de crédibilité que la plupart des jeunes start-up. »Ainsi en 2017, lors d’un événement professionnel, Arshia Cont a pu rencontrer Yann LeCun, directeur de la recherche en intelligence artificielle de Facebook. Depuis, ce chercheur de réputation mondiale** est devenu lui aussi actionnaire de la start-up. 

* Institut de recherche et coordination acoustique/musique

** il a été co-lauréat en mars 2019 du prix Turing, considéré comme l’équivalent du prix Nobel en informatique

Antescofo en cinq dates

  • Juillet 2016 : création par trois chercheurs, Arshia Cont, Philippe Cuvillier et José Echeveste. Ils sont rejoints rapidement par Laurent Tran Van Lieu, ancien dirigeant de Direct Assurance.
  • Septembre 2017 : lancement de l’application Metronaut après 18 mois de R&D
  • Juillet 2018 : Metronaut est mise en avant sur l’App Store. 30 000 téléchargements en un jour aux États-Unis.
  • Janvier 2019 : Antescofo emménage avec ses 15 collaborateurs dans le troisième arrondissement de Paris. Levée de fonds de 4 millions d’euros.
  • Eté 2019 : le catalogue Antescofo dépassera les 1 000 œuvres classiques.

En savoir plus sur le temps réel critique

Dans un avion par exemple, la réponse tardive d’un système informatique peut être catastrophique. De tels dispositifs sont donc « temps réel critique » : face à des événements physiques précis (ex : dépassement d’un seuil de température), ils répondent dans un délai maximum spécifié qui peut s’exprimer en millisecondes, voire en microsecondes. De plus, ils sont tolérants aux fautes : même avec des données d’entrée aberrantes, ils ont toujours un comportement sûr.

En puisant dans la boîte à outils du temps réel critique, Antescofo s’assure que la partie orchestrale s’adaptera toujours au jeu du musicien dans un délai assez bref pour être imperceptible. De plus, la tolérance aux fautes évite que cette partie orchestrale s’arrête à la moindre erreur du musicien : ces erreurs font partie de la pratique musicale.

Mots-clés : Music Antescofo Start-up

Haut de page

Suivez Inria