Sites Inria

Recherche

2/05/2013

Distribution d'une clé cryptographique quantique sur 80 km : trois questions à Anthony Leverrier

Anthony Leverrier - © Inria / A. Leverrier

Permettre à deux interlocuteurs de se mettre d'accord à distance sur une clé de sécurité (suite aléatoire de bits) qui soit connue d'eux seuls est un problème fondamental pour la protection des communications privées. En collaboration avec des chercheurs du CNRS, de l’Institut d’optique Graduate School, de Télécom ParisTech et de la start-up SeQureNet, Anthony Leverrier, chercheur de l’équipe-projet SECRET au centre de recherche Inria Paris - Rocquencoura a participé à la mise au point d’une technique de distribution quantique de clés de chiffrement sur une distance record de 80 km. En toute sécurité !

Qu'est-ce que la physique quantique ? Qu'est-ce que les propriétés quantiques apportent de plus par rapport à la distribution classique ?

Anthony Leverrier  : La physique quantique est une théorie qui décrit les phénomènes physiques à très petite échelle, comme le comportement des atomes et des photons, qui sont des grains de lumière. Ces particules obéissent à des lois qui défient notre intuition : par exemple, la mesure d'un système quantique dans un état inconnu perturbe nécessairement ce dernier et introduit du bruit. Ce principe fondamental permet de mettre au point un protocole de distribution de clés dont la sécurité repose exclusivement sur les lois de la physique, et non pas sur des hypothèses portant sur la difficulté présumée de certains problèmes mathématiques.

Quel a été ton rôle dans la mise au point de cette technique ?

Anthony Leverrier  : Le protocole que nous avons développé et mis en œuvre présente un intérêt majeur par rapport aux techniques concurrentes dans le sens où il ne nécessite que des composants télécoms standards. Cet avantage est au prix de complications sur le plan théorique : la sécurité du protocole est plus difficile à analyser, et l'extraction de la clé nécessite l'emploi de codes correcteurs d'erreurs très efficaces. Mes contributions ont été d'élaborer théoriquement des méthodes pour traiter ces deux points, tandis que les aspects expérimentaux et la mise œuvre pratique des codes ont été traités par mes collègues physiciens et ingénieurs.

Quelles seront les prochaines étapes de ces recherches ?

Anthony  Leverrier  : La démonstration d’un système capable d’opérer sur des distances de 80 km ouvre des perspectives pour la sécurisation des liaisons métropolitaines. Les prochaines étapes de ces recherches visent à accroître la portée du protocole et à l'intégrer aux réseaux de télécommunication. Aujourd'hui, les deux interlocuteurs doivent communiquer grâce à une fibre optique privée, mais des techniques de multiplexages en longueur d'onde, compatibles avec notre protocole, devraient permettre de lever cette limitation.

D'autres informations sur http://www.cnrs.fr/inp.

Mots-clés : Cryptographie quantique Recherche et innovation Cryptographie SECRET team

Haut de page

Suivez Inria