Sites Inria

English version

Portrait

20/03/2014

Osez tous les métiers !

© Inria

Karine Leroy est gestionnaire ressources humaines (RH) à Inria Lille - Nord Europe depuis 2011. Le service RH du centre compte six personnes et toutes sont des femmes. Julien Vandaele est ingénieur au service expérimentation et développement (SED), composé de cinq ingénieurs, et fait également partie de l’équipe-projet Fun. Si ces deux services ne sont actuellement pas mixtes, ce n’est finalement qu’une question de hasard.

Quelles sont vos missions au sein d’Inria ?

Karine Leroy: En tant que gestionnaire des ressources humaines, je suis en charge de la gestion administrative des recrutements et du suivi des carrières des fonctionnaires et des agents contractuels. Je prépare les éléments pour la mise en œuvre de la paye et gère des campagnes de recrutements notamment pour les ingénieurs jeune diplômés et ingénieurs confirmés. Ce travail est réalisé en binôme avec ma collègue. Nous partageons un portefeuille d’équipes et de services ainsi que la plupart des campagnes de recrutement.

Julien Vandaele: Je suis ingénieur au SED, le service expérimentation et développement. En tant qu’ingénieur permanent, je suis expert dans le développement logiciel et je me dois de bien connaître les outils d’Inria. Comme chacun des cinq ingénieurs du SED, je conseille les équipes sur les méthodes et outils logiciels, et en tant que développeur j’interviens sur des missions de deux à trois ans en soutien technique aux chercheurs.

Quelles sont les compétences nécessaires ?

K. L.: Ce métier nécessite de la rigueur, de l’organisation et une capacité d’écoute pour bien accueillir les agents et comprendre leurs besoins. Travailler dans un service de ressources humaines exige de la discrétion et le respect de la confidentialité.

J. V.: En plus de notre travail d’ingénieur, nous avons aussi une mission d’encadrement. Pour l’équipe Fun par exemple, j’encadre quatre ingénieurs en CDD. Il faut être pédagogue pour les former, savoir s’organiser, être capable de gérer le travail à distance. Pour prendre l’exemple du projet FIT nous collaborons avec d’autres équipes Inria à Grenoble et Rocquencourt, et deux universités à Paris et Strasbourg. J’ai aussi dans le cadre de mes activités un rôle de conseil et de veille technologique.

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre fonction ?

K. L.: La diversité des activités, mon rôle d’accueil et de conseil auprès de personnels de différentes nationalités.

J. V.: Le poste en lui même et ma mission dans l’équipe Fun m’apportent beaucoup : c’est un projet multisite, avec des partenaires extérieurs. Je ne suis pas seul puisque l’équipe Fun est assez jeune et de plusieurs nationalités. Culturellement, c’est très enrichissant.

Votre métier serait-il adapté à un homme/une femme ?

K. L.: Bien sûr. On retrouve cependant une majorité de femmes dans les filières qui forment actuellement aux métiers des ressources humaines.

J. V.: Je ne me sens pas dans un environnement particulièrement masculin car le SED est dispersé dans les équipes de recherche. L’équipe Fun est assez équilibrée et il y a des ingénieures en CDD. De plus, plusieurs femmes ont déjà intégré le SED de Lille auparavant, en tant qu’ingénieure ou en tant que responsable. Mais malgré tout, il est vrai qu’il y a moins de femmes dans les formations de développement logiciel.

Pensez-vous que cela va évoluer ?

J. V.: Le SED du centre Inria de Grenoble compte 2 femmes sur 10 ingénieurs permanents. J’ai fait un peu de recrutement pour des équipes projet. En quatre ans, nous avons recruté deux femmes. C’est très intéressant d’avoir des équipes mixtes : les hommes sont généralement davantage dans la technique, les femmes ont un angle plus global, plus fondamental.

K. L.: Une nouvelle collaboratrice a été engagée en septembre dernier. Ma responsable avait présélectionné des candidats masculins et les avait reçus en entretien en vue d’une éventuelle embauche. Mais son choix s’est finalement porté sur une candidature féminine, parce que la candidate réunissait plus de critères de sélection en termes de compétence, d’expérience et de savoir-être. La ligne RH chez Inria est majoritairement féminine mais plusieurs services ressources humaines d’autres centres comprennent des collaborateurs masculins ainsi que la DRH.

Mots-clés : Services Egalité hommes-femmes Portrait Interview

Haut de page

Suivez Inria