Sites Inria

English version

Équipe associée nord-européenne

6/01/2016

Lille et Oxford : une double expertise au service de la donnée

© Inria / Valérie Sultana

Depuis septembre 2013, l’équipe de recherche Links (commune avec l’Université Lille1 et l’Université Lille 3*) d’Inria Lille - Nord Europe et le Database Group du Computer science department de l’Université d’Oxford collaborent activement dans le cadre de l’équipe associée Integrated linked data. Une aventure à la fois humaine et scientifique.

L’union fait la force… mais aussi la recherche. Ce nouvel adage pourrait bien s’appliquer à l’équipe associée Integrated linked data, regroupant les talents de l’équipe de recherche Links et du Database Group d’Oxford. Les deux équipes travaillent aujourd’hui sur la gestion de l’information sur le Web, en particulier sur la création d’outils capables de mettre en rapport différentes sources d’informations, de les explorer et de les relier.

Un accélérateur de collaboration

En raison de thématiques communes de recherche, des liens très forts existaient déjà entre les membres des deux équipes, en particulier Joachim Niehren et Angela Bonifati à Lille, et Michael Benedikt et Georg Gottlob à Oxford. Pierre Bourhis, actuellement chercheur CNRS au sein de l’équipe Links, a effectué une thèse Inria puis un contrat post-doctoral à l’Université d’Oxford. Autant de raisons qui l’ont poussé à se positionner porteur du projet de l’équipe associée, permettant la création d’une nouvelle synergie entre les deux groupes.

L’équipe Links développe notamment des outils portant sur la manipulation d’arbres et d’interrogation de graphes. Le groupe d’Oxford travaille sur l’extraction et l’interrogation de bases de données au travers des web services, la compression de réponses à des requêtes et la définition de liens sémantiques entre différentes sources. « Nos recherches interrogent les concepts qui régissent les données accessibles dans le Web , souligne Joachim Niehren, directeur de l’équipe Links. Les données dans le Web ne sont plus simplement textuelles, elles possèdent de la structure comme le Knowledge Graph de Google et peuvent donc être traitées efficacement par des ordinateurs. Toutefois, il existe des obstacles importants, les données sont stockées de manières très différentes ne facilitant pas un outil commun pour toutes les sources. Elles sont de plus très complexes à accéder comme à travers des formulaires ou web services. C’est un champ très vaste auquel sont confrontés aujourd’hui les scientifiques, au-delà des équipes de Lille et Oxford.  »

Un bilan positif

Deux ans après son lancement, l’équipe associée Integrated linked data est une réussite tant sur le plan scientifique que sur le plan humain. Les résultats obtenus lors de la collaboration ont notamment permis la publication d’un article primé cet été lors de la 24e International Joint Conference on Artificial Intelligence (IJCAI), portant sur des problématiques d’optimisation de requêtes pour les langages récursifs. Les chercheurs ont également organisé un workshop , qui a permis des échanges avec de nouveaux chercheurs, notamment le groupe spécialisé en l’intelligence artificielle d’Oxford.

La proximité géographique entre les deux équipes n’est pas étrangère au succès de cette aventure scientifique qui se terminera en décembre. Les chercheurs de l’équipe Links se sont régulièrement déplacés à Oxford durant ces deux années, et le professeur Benedikt est venu à Lille pour un séminaire commun, Colloquium polaris, où il a présenté ses travaux. « Il est essentiel que les chercheurs puissent se rencontrer physiquement et travailler ensemble, face au même tableau noir. Les interactions ne sont pas les même qu’en communiquant à distance, estime Pierre Bourhis. C’est pour cette raison que les équipes associées fonctionnent très bien à l’échelle européenne . »

To be continued

Située au carrefour de l’Europe, à moins d’une heure et demie de Londres, Bruxelles et Paris, Lille offre aux chercheurs un cadre idéal pour monter de telles structures de recherche. Outil léger à mettre en place et très pratique pour favoriser l’interaction scientifique, les équipes associées sont aujourd’hui pleinement intégrées dans la stratégie de développement européen d’Inria Lille – Nord Europe. « J’espère avoir l’opportunité d’en refaire une dans les prochaines années, suivant les opportunités et les projets, ajoute Pierre Bourhis. D’autant qu’un grand nombre de mes travaux de recherche actuels ont été initiés à travers ce programme.  »

Loin de se terminer, la collaboration entre les deux équipes devrait se poursuivre dans les prochaines années.
« Nous avons plusieurs projets en cours, que nous continuerons de mener ensemble, annonce Pierre Bourhis. Mais il faudra naturellement nous organiser pour financer les déplacements. Au-delà de ces contraintes, une certitude demeure, nous avons noué des liens solides aussi bien humains que professionnels. »

*commune avec le CNRS, l'Université Lille 1 et l'Université Lille 3

Mots-clés : Oxford database group Equipes associées Integrated linked data Données

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !