Sites Inria

English version

Éducation

18/08/2014

Les collégiens à la découverte du numérique

Documentalistes au collège Paul Eluard de Cysoing (Nord), Martine Reynès et Annabelle Dupuis font découvrir aux élèves les sciences du numérique. Une démarche conduite en collaboration avec les équipes d’Inria Lille - Nord Europe.

Pourquoi le collège Paul Eluard de Cysoing a-t-il décidé de s’initier au numérique avec Inria ?

Martine Reynès: Je suis à l’origine de cette initiative, car j’étais attirée par l’impact positif des rencontres entre chercheurs et élèves. La Fête de la Science a servi de déclencheur : j’ai profité de cette occasion pour prendre contact avec Inria. Deux chercheurs – Caterina Calgaro, équipe Mephysto (commune avec l'ULB, le CNRS et l'université Lille 1*1) et Nicolas Roussel, équipe-projet Mint (commune avec le CNRS et l’université Lille1*2) – sont venus présenter leurs recherches et cela a bien fonctionné. Nous avons ensuite sollicité Inria dans le cadre de La Semaine des Mathématiques avec les interventions de Caterina Calgaro et Laetitia Jourdan, équipe-projet Dolphin (commune avec l'université Lille1*3).

Annabelle Dupuis: Nous entretenons de très bonnes relations avec Inria, mais surtout, il y a un réel engouement de la part des élèves pour le numérique ! Nous ne faisons que l’encourager.

Comment les élèves ont-ils réagi ?

M. R.: Ils ont été un peu surpris au départ. Nous leur avons distribué une brochure  élaborée par Inria expliquant les différents usages des ressources numériques.

A. D.: Les sujets étaient assez exigeants, mais beaucoup de jeunes sont demandeurs. Et les chercheurs savent expliquer des notions complexes à partir d’exemples concrets. Pour décrypter l’optimisation des flux dans les transports, Laetitia Jourdan s’est appuyée sur le fonctionnement des colonies de fourmis.

Pourquoi est-il important que l’école s’investisse dans cet apprentissage ?

M. R.: Le numérique, c’est un univers dans lequel les élèves sont continuellement immergés. Il est essentiel que le collège joue son rôle de maison des savoirs en les aidant à bien appréhender ces outils.

A. D.: Les jeunes ne comprennent pas forcément à quoi servent les mathématiques appliquées. De telles interventions sont très positives et leurs professeurs sont ravis que des personnes viennent expliquer le rôle des sciences dans la vie réelle.

Quelles actions pédagogiques proposez-vous dans ce domaine ?

M. R.: Un professeur de physique a monté un club Cinéma d’animation numérique et un club Robotique. Au CDI, nous leur apprenons à trier les informations, faire des recherches, présenter un document correctement. Une EXAO (expérience assistée par ordinateur) va démarrer en septembre dans le cadre des programmes de physique et de SVT. Nous allons avoir une salle dotée d’ordinateurs portables. Il reste à investir dans les logiciels spécifiques à ces matières. En revanche, beaucoup de professeurs ne sont pas formés à ces logiciels et les stages de formation demandent du temps.

Quel regard les élèves portent-ils sur l’apprentissage du numérique ?

M. R.: Ils sont enthousiastes. J’ai monté des travaux de recherche documentaire, de rédaction et de mise en page avec l’outil logiciel en mathématiques, physique ou SVT. Nos interventions ont permis de définir les méthodologies les mieux adaptées : ne pas faire les choses sans réfléchir, citer les sources, bien présenter ses documents, avoir un regard critique.

A. D.: Martine et moi allons quitter le collège en juin. Mais ces travaux devraient être repris par un professeur de mathématiques et un professeur de physique. Indiscutablement, une dynamique s’est créée dans le domaine des sciences numériques au sein de l’établissement.

*1 au sein de l'UMR 8524 CNRS-Lille1, Laboratoire Paul Painlevé.
*2 au sein de l'UMR 8022 CNRS-Lille1-Lille 3-Inria, LIFL et de l'EA 2697 L2EP.
*3 au sein de l'UMR 8022 CNRS-Lille1-Lille 3-Inria, LIFL.

Mots-clés : Médiation scientifique à l’école Apprentissage du numérique Vulgarisation Education

Haut de page

Suivez Inria