Sites Inria

English version

Evenement

25/03/2013

Un chercheur d'Inria Lille remporte un prestigieux tournoi de jeu de Go à Tokyo

Rémi Coulom, membre de l'équipe-projet Inria Sequel, vient de remporter le sixième tournoi UEC de jeu de Go à Tokyo. 

Rémi Coulom a commencé à jouer au Jeu de Go un peu par hasard. Il a développé un programme informatique de Jeu de Go "CrazyStone"   qui a été récompensé par une médaille d'or aux Olympiades des jeux de programmes à Turin en 2006 et qui a participé avec succès  à des tournois en remportant (en 2007 et 2008) l'UEC Cup. Ces victoires lui ont apporté beaucoup de notoriété ainsi qu'une collaboration commerciale avec un éditeur japonais qui a souhaité y commercialiser ce programme.

Si tout le monde considère actuellement que les programmes joueurs d’échecs sont beaucoup plus forts que la plupart des humains, on ne peut pas en dire autant pour un jeu comme le Go. Les programmes joueurs de Go peinent à atteindre un niveau moyen, très loin des amateurs forts et encore plus des professionnels ! Pourquoi ? Deux raisons à cela : tout d’abord, il y a beaucoup plus de coups possibles au Go qu'aux échecs.

Le jeu de Go se joue traditionnellement sur un plateau de jeu (goban  en japonais) de 19 lignes et 19 colonnes, ce qui fait plus de 200 coups possibles dans une position typique, contre une quarantaine aux échecs. La combinatoire est donc beaucoup plus grande au Go.

Ensuite, la taille de l’arbre des possibilités du jeu de Go est de l’ordre de 10170  positions possibles (c'est-à-dire beaucoup plus grande que le nombre d’atomes dans l’univers) tandis que celle du jeu d’échecs n’est « que » de 1050 environ.

Pour les informaticiens en général et les chercheurs — en modélisation statistique et en intelligence artificielle — en particulier, le jeu de Go est un problème très intéressant, qui soulève des problématiques difficiles dont les solutions pourraient s'appliquer dans d'autres domaines. C’est un défi de s’attaquer à un tel problème, d’autant plus que les techniques utilisées sont très proches de leurs domaines de recherche. Ainsi, ces travaux de recherche sont appliqués à un problème concret, difficile et ludique.

Dans la foulée de cette première victoire, Rémi Coulom a également vaincu avec brio le joueur professionnel Yoshio Ishida.

L'équipe-projet Sequel est commune avec Centrale Lille, et l'université Lille 3*.
*au sein de l'UMR 8146 CNRS-Centrale Lille-Lille1, LAGIS et de l'UMR 8022 CNRS-Lille1-Lille 3-Inria, LIFL.

Haut de page

Suivez Inria