Sites Inria

English version

Systèmes embarqués

26/11/2010

Les nouveaux enjeux des systèmes sur puce

Equipe Dart - © Inria - Dart

Peu connus du grand public, les systèmes embarqués sur puce jouent un rôle important dans le quotidien des Hommes. Il suffit de regarder autour de soi pour comprendre l’importance qu’ils revêtent : téléphone portable, GPS, console multimédia...Trois chercheurs de l'équipe de recherche DART ont reçu le "Best paper Award ", lors de la conférence "System on chip 2010 ". L'un d'entre eux, Abdoulaye Gamatié nous éclaire sur les enjeux de ce domaine.

Abdoulaye, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Abdoulaye Gamatié :  Je suis chargé de recherche au CNRS et membre de l'équipe-projet DART. Mon activité de recherche porte sur les méthodologies et les outils ayant pour but de faciliter la conception fiable des systèmes embarqués en général.

Quel est votre parcours dans la recherche ?

Abdoulaye Gamatié :  Après avoir préparé un doctorat en informatique à l'institut Rennes Bretagne Atlantique, j'ai travaillé à l'université de Rennes 1 comme ATER (Attaché temporaire d’enseignant recherche). Ensuite, j'ai effectué un postdoctorat au sein d'Inria Futurs à Lille. Je suis aujourd’hui chargé de recherche CNRS, et membre de l’équipe DART à Lille.

Que fait l'équipe DART ?

Abdoulaye Gamatié :  Notre équipe-projet s'intéresse à la direction novatrice suivante : utiliser un paradigme de programmation à parallélisme de données pour les applications TSI. Celles-ci sont principalement développées sur des systèmes embarqués avec des unités de calcul à hautes performances telles que des processeurs de traitement de signal (DSP) ou des unités parallèles SIMD.  Les systèmes embarqués sur puce sont aujourd'hui largement présents dans les appareils  électroniques que nous utilisons quotidiennement. Un exemple emblématique est la téléphonie mobile qui propose une riche palette d’applications (musique, vidéo, photographie, internet, etc.). Ces applications partagent un support commun d’exécution : une puce électronique. L’enjeu pour nous est de répondre aux exigences de performance tout en réduisant la consommation d'énergie d'un système, et cela pour un coût réduit. Pour répondre à ce paradoxe, l'équipe de recherche DART fait usage et contribue aux technologies d'ingénierie dirigée par les modèles.

Avec qui avez-vous écrit ce papier ?

Abdoulaye Gamatié : Adolf Abdallah, doctorant qui a réalisé sa thèse sur ce sujet, et Jean-Luc Dekeyser, reponsable de l'équipe de recherche DART.

Sur quel environnement travaillez-vous ?

Abdoulaye Gamatié : Notre solution est définie au sein de l'environnement Gaspard2. C’est une plate-forme open source  de co-design : elle permet de modéliser simultanément une application et l’architecture sur laquelle elle va s'exécuter. C’est une approche de conception basée sur des modèles abstraits reflétant certaines caractéristiques d'un système. Cela comprend les fonctionnalités et informations de la plate-forme matérielle et logicielle. Cet environnement, créé par DART permet au concepteur de faire le design du système en intégrant toutes les exigences. Thalès, le Commissariat à l’énergie atomique et Valéo figurent parmi nos collaborateurs.

Quelle est la difficulté majeure ?

Abdoulaye Gamatié : Les systèmes embarqués et plus particulièrement les systèmes de traitement de signal intensifs (traitement audio/vidéo, reconnaissance vocale, télécommunications...) doivent fournir des performances de plus en plus importantes, consommer moins d'énergie et fonctionner à un coût réduit. Ces besoins contradictoires augmentent la complexité des systèmes, bien que les délais de mise sur le marché soient de plus en plus courts.

Mots-clés : Environnement Gaspard2 Puces Best paper Systèmes embarqués

Haut de page

Suivez Inria