Sites Inria

English version

Portrait

SCM Inria Lille - Nord Europe (*) - 23/08/2019

Claire Chainais : ''Simuler l’évolution de l’érosion et de la sédimentation sur plusieurs millions d’années''

© Inria / Photo C. Morel

Pour Rapsodi, le long processus de création d’une équipe-projet arrive à son terme dans quelques semaines. Une fois que les objectifs scientifiques seront définitivement validés, l’équipe franchira donc une étape importante et elle pourra poursuivre ses travaux dans un cadre très précis défini par Inria. Mais Claire Chainais, la responsable de Rapsodi, et les six chercheurs et quatre doctorants qui l’entourent, travaillent déjà depuis plusieurs années sur leurs thèmes de recherche.

Le sujet de l’équipe ? Travailler sur des méthodes numériques de simulation des phénomènes issus de la physique comme les écoulements en milieux poreux, les phénomènes électromagnétiques ou encore la corrosion des containers de stockage des déchets radioactifs. Pour ses recherches, Rapsodi doit développer des méthodes adaptées pour la simulation. « Ces modèles dissipent de l’énergie. Nous développons des méthodes numériques qui préservent les propriétés physiques, c’est l’un de nos défis. Pour les modèles stratigraphiques par exemple, il faut pouvoir simuler l’évolution de l’érosion et de la sédimentation sur plusieurs millions d’années » , précise Claire Chainais.

Des thématiques liées à l’analyse numérique

Plusieurs industriels s’intéressent d’ailleurs déjà à ces travaux pour certaines applications comme IFP Energies Nouvelles (anciennement l’Institut Français du Pétrole ) ou encore EDF. « L’un de nos chercheurs a travaillé sur des simulations d’extraction de pétrole par injection de vapeur. Pour EDF, la problématique tourne autour de phénomènes électromagnétiques basse fréquence ». S’ils ont tous un domaine de recherche très précis, les mathématiciens qui composent Rapsodi , se retrouvent tous autour de thématiques liées à l’analyse numérique. Autre point commun entre les chercheurs de l’équipe, ils ont des parcours majoritairement universitaires. Ils partagent donc leur temps entre la faculté et le centre Inria Lille - Nord Europe où ils encadrent également des doctorants. « Nous échangeons régulièrement entre chercheurs sur l’aspect formation. La présence des doctorants est très enrichissante et nous donne l’occasion d’avoir des interactions autour de nos sujets de recherche. »

Une conférence internationale sur la méthode numérique des volumes finis

L’environnement de travail des chercheurs ne se limite jamais à l’institut et aux laboratoires universitaires. Les équipes sont en effet souvent sollicitées pour organiser des conférences internationales très pointues dans leurs thématiques de recherche. Rapsodi s’est ainsi vu confier l’organisation de la conférence internationale FVCA, consacrée à la méthode numérique des volumes finis, l’un des axes de recherche de l’équipe. Elle aura lieu dans le nouveau learning center de l’université de Lille - sciences et technologies. « Pour nous, c’est une belle marque de confiance. Il s’agit de la huitième édition d’une série de conférences qui devrait accueillir 150 participants. Après Berlin et Prague, c’est Lille qui a été choisi ». Au-delà de ses travaux scientifiques, Rapsodi est un bel exemple de parité dans le monde de la recherche, une valeur importante que l’équipe partage avec Inria. Avec trois femmes parmi les sept membres la composant, l’équipe est l’une de rares à assurer cet équilibre. Une réalité qui s’explique par le faible taux de femmes dans les filières scientifiques, et ce, dès le lycée. « Nous sommes encore très loin de la parité parmi les chercheurs mais plusieurs décisions politiques prises ces dernières années pour favoriser la présence des femmes dans des instances ou des commissions encouragent à lentement inverser la tendance  », conclut Claire Chainais.

Haut de page

Suivez Inria