Sites Inria

English version

Portrait

7/03/2014

Chercheurs au féminin : Portrait croisé

© Inria

Hélène Touzet et Nathalie Mitton dirigent respectivement les équipes-projets Bonsai (commune avec le CNRS et l'université Lille1*) et Inria Fun : un travail exigeant et passionnant. À l’occasion de la journée des droits des femmes, nous avons souhaité les interviewer sur leurs parcours et leur métier de chercheuses.

En quoi consiste votre travail de recherche et de responsable d’équipe ?

N.M.: Il faut assurer la cohésion de l’équipe scientifique et donner des directions à chacun. Nous accueillons aussi beaucoup de jeunes qu’il faut former et initier à leurs nouveaux outils de travail. Mes études portent sur les réseaux de capteurs sans fils RFID et les flottes de robots mobiles. L’objectif : faire communiquer ces capteurs entre eux pour que ces machines se déplacent de manière coordonnée et utilisent le moins d’énergie possible. Ils pourront par exemple évoluer sur un volcan et mesurer son activité sismique.

H.T.: C’est un travail à plusieurs facettes. Je fais de la recherche en bio-informatique sur le séquençage du génome, avec des applications à l’environnement et à la santé. Avec mon équipe, nous développons des logiciels qui permettent d’analyser des données de patients, afin de mieux adapter leur traitement en cas de rechute après un cancer,  d’analyser le fonctionnement des végétaux, afin d’améliorer leur rendement, etc. Mon rôle consiste également à impulser les directions scientifiques, à optimiser les ressources disponibles pour l’équipe, et à aider au bien-être de chacun.

Pourquoi le choix de la recherche et du numérique ?

N.M.: J’ai toujours préféré les sciences, j’aime la physique et l’esprit de travail en laboratoire. La filière télécom de l’Insa, l’école d’ingénieurs que j’ai suivie, alliait sciences physiques et réseau : un univers qui m’a tout de suite séduite.

H.T.: J’aime le raisonnement, la construction intellectuelle. La recherche est venue comme un prolongement de mes études de mathématiques. Le choix de la bio-informatique est le fruit d’une réflexion mêlée à un peu de hasard.

Qu’est-ce qui vous intéresse le plus dans ce métier ?

N.M.: La liberté et l’autonomie d’abord. Mon métier me permet d’imaginer un peu ce que je veux, tout en conservant le cadre indispensable pour travailler dans la même direction. Je rencontre aussi énormément de gens d’horizons et de pays différents, cela ouvre l’esprit.

H.T.: Au départ, c’est surtout la stimulation intellectuelle qui m’attirait : réfléchir à un problème, apporter une solution. Mais j’apprécie aussi la démarche spécifique d’Inria qui fait le lien entre la théorie et son application concrète.

Avez-vous des modèles féminins ? Vous ont-ils aidées à avancer ?

H.T.: Je me suis construit des modèles féminins et masculins parmi les personnes qui m’entouraient. Lorsque j’ai été nommée, il y avait déjà des femmes dans le centre et c’était important. La mixité est une bonne chose. Lorsqu’il y a 25% à 30% de femmes dans une équipe cela fonctionne mieux. Dans mon équipe nous sommes 33 % !

N.M.: J’ai été aidée aussi bien par des hommes que par des femmes. Mon directeur de thèse, mon ancien responsable d’équipe notamment, m’ont soutenue dans mes projets.

Quelle est votre vision de la femme dans la recherche ?

N.M.: Chaque chercheur à sa vision, mais pour moi c’est l’individu qui compte et non le fait d’être une femme.

H.T.: Les femmes sont des chercheurs comme les autres, elles apportent juste plus de diversité, ce qui est toujours bon à prendre. Mais c’est aussi vrai en termes de générations, de nationalités… La diversité est une richesse !

 * au sein de l'UMR 8022 CNRS-Lille1-Lille 3-Inria, LIFL.

Hélène Touzet

1993 - DEA de mathématique (Université Paris 7)
1997 - thèse en informatique au centre Inria de Nancy
1998 - maître de conférences en informatique au LIFL (Lille)
2005 - chargée de recherche 1re classe au CNRS
2009 - directeur de recherche au CNRS
Elle dirige l’équipe BONSAI, composée de 20 personnes dont 5 femmes : une chargée de recherche Inria, une maître de conférence, une doctorante, une ingénieure.

 

Nathalie Mitton

2003 - diplôme d’ingénieur, Insa de Lyon option télécoms
2006 - thèse Insa de Lyon, département CITI
2006 - obtient le concours de chercheur chez Inria Lille.
Elle intègre l’équipe Pops (petits objets portables et sécurisés)
Janvier 2012 - création de l’équipe Fun (Futur Ubiquitous Network) qu’elle dirige
Juillet 2013 - l’équipe FUN devient équipe-projet : une vingtaine de personnes actuellement dont 2 chargées de recherche, une postdoctorante, 2 ingénieures.

Mots-clés : Interview Femme dans la recherche Portrait

Haut de page

Suivez Inria