Sites Inria

English version

Inri'art

Hélène Xypas - 5/09/2011

Retour sur la collaboration de l'équipe-projet Mint et du Fresnoy

Monade - © Alexandre Maubert

L'équipe-projet commune Mint (CNRS, Inria, Université Lille1), travaillant sur les méthodes et outils pour l'interaction à gestes, a collaboré avec Alexandre Maubert, artiste du Studio National des Arts Contemporains Le Fresnoy , sur l'œuvre Monade . Laurent Grisoni, responsable de l'équipe-projet Mint nous en dit plus sur cette aventure.

Pourquoi avoir accepté cette collaboration ?

Laurent Grisoni :  La jeune génération adulte actuelle est née dans le numérique. Cela touche toutes les catégories de population. Aussi avions-nous envie de nous rapprocher de la communauté artistique, pour travailler avec eux à des installations dont les problématiques sont connexes aux préoccupations de l'équipe. Il s'agit de valoriser les travaux de recherche de Mint, mais aussi d'être confronté à des challenges technologiques. De plus, ces collaborations sont pour nous l'occasion de relever un défi présentant un véritable intérêt pour nos travaux de recherche.

Cette collaboration surprend t-elle vos confrères?

Laurent Grisoni :  Le travail avec "l'extérieur" de la communauté scientifique induit classiquement un risque de perte de focus pour les équipes, d'où une fréquente réaction de prudence à l'encontre de ce type de projets. Néanmoins, les mentalités commencent à changer. Même si le processus de travail est délicat à mener, collaborer avec le domaine de l'art numérique est très motivant. En outre, l'aboutissement à des réalisations convaincantes technologiquement amène une dynamique sur d'autres domaines applicatifs, et justifie ces projets. Les réalisations passées aident à légitimer les collaborations futures.

Quelles difficultés avez-vous rencontré pour Monade ?

Laurent Grisoni :  Une équipe de recherche doit se placer dans une logique de capitalisation de connaissances, ce qui n'entre pas forcément dans la logique de l'artiste. Il faut ainsi trouver un compromis entre la démarche de l'artiste et le projet d'équipe. Il est de ce fait indispensable de bien faire la part des choses, de manière explicite, entre ce qui est réalisable, sans risque, et ce qui est peut être faisable (et donc sans engagement). De même, il convient d'être explicite lorsque le projet n'est pas réalisable. Cela implique un important effort de traduction technologique de la part des scientifiques. Or, il s'agit d'un exercice auquel nous sommes peu confrontés.

D'autres projets en cours ?

Laurent Grisoni :  Un projet avec le groupe de musique EZ3kiel . Il s'agit également d'un projet lié à l'interaction à geste, mais il ne nous est pas possible d'en dire plus à l'heure actuelle... un concert est prévu d'ici l'été prochain.

Mots-clés : Laurent Grisoni Monade Equipe-Projet Mint Centre de recherche Inria Lille - Nord Europe

Haut de page

Suivez Inria