Sites Inria

English version

Inria International Labs - Amériques

Inria Chile, moteur de l'innovation numérique

Nayat Sanchez-Pi Nayat Sanchez-Pi, directrice d'Inria Chile - © Inria

Inria Chile est le premier centre Inria hors de France et a pour mission de mener et d’articuler des activités de recherche et de développement à fort impact dans le domaine des technologies numériques au service de la société, en particulier au Chili et en Amérique latine.

Inria Chile, moteur de l’innovation technologique

Inria Chile est un moteur de l’innovation technologique et du transfert de connaissances au travers d’une collaboration efficace avec les entreprises, les institutions et les start-up pour relever les défis de la révolution numérique. Le centre vise à inspirer et à former les générations futures de scientifiques et d’ingénieurs afin qu’ils jouent un rôle de premier plan dans cette transformation. Il permet également de favoriser les activités de R&D des sociétés et des start-up françaises au Chili et en Amérique latine.

Inria Chile concentre ses activités autour de cinq axes de R&D prioritaires, qui représentent les thèmes dans lesquels le centre peut avoir le plus d’impact sur les écosystèmes technologiques et scientifiques. Ces axes sont les suivants :

  1. données, connaissances, sécurité et confidentialité ;
  2. intelligence artificielle et systèmes autonomes ;
  3. interaction, visualisation et multimédia ;
  4. modélisation et simulation, optimisation et contrôle ; et
  5. systèmes, réseaux et Internet des objets.

Ces axes sont intégrés dans plusieurs domaines d’application qui sont particulièrement liés aux caractéristiques uniques du Chili comme l’astronomie, l’exploitation minière, les énergies renouvelables, la logistique et la vente au détail, la résistance aux catastrophes, l’industrie 4.0, l’agriculture intelligente et la sécurité , pour n’en citer que quelques-unes. Inria Chile est à la pointe de l’évolution technologique dans ces domaines, avec plus de 40 équipes-projets qui collaborent activement entre la France et le Chili.

Au cœur de l’écosystème académique et industriel d’Amérique latine

Inria Chile a été créé en 2012. Il met depuis en application un programme ambitieux avec le soutien conjoint d’Inria et du Ministère chilien de l’économie par l’intermédiaire de CORFO, son agence de développement économique, et d’alliances stratégiques avec huit grandes universités chiliennes, en particulier l’université du Chili, l’université catholique pontificale du Chili, l’université technique Federico Santa Maria, l’Université catholique pontificale de Valparaíso, l’université de la Frontière, l’Université des sciences de Valparaiso, l’université Concepción et l’université Adolfo Ibáñez. Outre ces alliances, le centre entretient également des accords de collaboration avec des universités, des centres de recherche et des entreprises en Amérique latine, aux États-Unis, en Europe et en Asie.

Les collaborations et les liens avec l’écosystème de l’innovation et de l’entrepreneuriat sont activement favorisés et encouragés, comme indiqué dans la mission. Les mécanismes permettant d’atteindre pareilles relations peuvent être classés dans trois groupes : l’association collaborative avec des entreprises, des organismes gouvernementaux et d’autres acteurs institutionnels, le centre de formation en technologies avancées et le studio technologique dédié aux start-up.

Des associations collaboratives peuvent être mises en œuvre en établissant des laboratoires d’innovation conjoints, des contrats de recherche et développement, des conseils directs ou des services et des licences de technologies.

 


Je souhaite faire d’Inria Chile une véritable réussite pour Inria hors de France en articulant des activités de recherche et de développement à fort impact au service de la société et en tirant parti du caractère unique du Chili en tant que laboratoire naturel pour la convergence de la recherche, de l’innovation et de l’entrepreneuriat.

                                                Nayat Sanchez-Pi, directrice d’Inria Chile depuis septembre 2018


Transfert de connaissances, création et accélération de start-ups

Le Centre de formation en technologies avancées transfère les connaissances des experts d’Inria dans un programme d'accompagnement efficace et direct, qui peut être exploité par les entreprises et les start-up qui cherchent à innover et à intégrer les technologies numériques telles que l’intelligence artificielle, l’apprentissage machine et l’IoT, pour n’en citer que quelques-unes, en relation avec les axes du centre et les technologies open source d’Inria.

Certaines des formations techniques seront bientôt lancées :

  • IA/Science des données avec scikit-learn
  • Programmation agile avec Pharo
  • Modélisation et simulation avec SOFA
  • IoT avec RIOT

 

En outre, le Studio technologique dédié aux start-up valorise les sociétés technologiques au travers de divers mécanismes d’association et de soutien. Il s’agit d’une offre unique et inégalée par rapport à celles qui existent actuellement dans la région, où un grand nombre d’incubateurs, d’accélérateurs et de programmes de soutien étatiques ont été implantés.

Les programmes en cours de déploiement sont les suivants :

  • CTO@InriaChile : forme des ingénieurs aux technologies de pointe et délivre la certification Inria Chile de CTO, qui favorise leur carrière professionnelle et leur insertion dans des entreprises et organisations partenaires ;
  • Softlanding@InriaChile : attire et soutien les start-up et les PME technologiques françaises et européennes qui visent à pénétrer le marché chilien et/ou latino-américain ;
  • Early-Stage Startups : vise à accompagner les nouvelles sociétés dans la constitution de leur équipe scientifique et dans l’accélération de leurs capacités à un stade précoce. Ce mécanisme apporte un soutien solide en formant du capital humain, en fournissant du mentorat et des infrastructures et en offrant le soutien d’Inria Chile dans le cadre d’appels d’offres de financement public.

Présentation des projets par domaine

Astronomie

Project ALMA Inria Chile Télescope du projet ALMA

Ce projet est principalement développé dans la zone nord du Chili, notamment dans le désert d’Atacama, reconnu comme le meilleur endroit sur terre pour observer le ciel. En raison du grand nombre d’observatoires, de télescopes et de projets astronomiques développés au Chili et de la nécessité de traiter, stocker et diffuser les données qu’ils génèrent, il est prévu que le pays devienne la capitale mondiale de l’astro-informatique.

Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA)  

Inria Chile a commencé à collaborer avec l’Observatoire ALMA en 2012 lors de l’élaboration du « ALMA Dashboard » avec le concours des chercheurs de l’équipe ILDA Inria, un système permettant de visualiser en temps réel l’état des 66 antennes de l’Observatoire et de leurs composants internes. Le succès du « ALMA Dashboard » a donné lieu au développement du « ALMA Integrated Alarm System », le système d’alarme et de surveillance de l’observatoire. Actuellement, ALMA et Inria Chile entretiennent une collaboration fluide et explorent de nouvelles opportunités sur la convergence de l’astronomie, l’ingénierie des données, l’apprentissage machine, l’intelligence artificielle et l’interaction homme-machine avec l’Observatoire des données du ministère de l’Économie et des chercheurs de l’Université Adolfo Ibáñez.

Grand télescope de relevé synoptique (LSST)  

Le LSST est un télescope en construction au Cerro Pachón au Chili. Il sera équipé de la caméra numérique la plus puissante jamais construite, qui permettra d’observer l’énergie noire responsable de l’accélération de l’expansion de l’univers. Inria Chile est devenu un partenaire stratégique dans ce projet, travaillant à la fois sur la conception et le développement des composants de l’interface utilisateur de la salle de contrôle du LSST principal et des télescopes auxiliaires, ainsi que sur la plateforme où cette interface sera déployée.

Exploitation minière

L’exploitation minière joue un rôle clé dans l’économie chilienne, étant présente dans 13 des 15 régions qui composent le pays, d’où sont extraits environ 25 minéraux différents. Au Chili, le secteur minier a représenté en moyenne 13 % du produit intérieur brut (PIB) au cours de la dernière décennie. En raison du fort impact économique du secteur minier, le centre Inria Chile a déployé ses efforts pour générer des initiatives ou des solutions basées sur la technologie numérique qui répondent aux défis de cette industrie.

Tranque

Tranque est une initiative publique-privée qui vise à contribuer à l’exploitation sûre et fiable des bassins de résidus miniers en améliorant la collecte de données, la coordination et les relations de confiance entre les différents intervenants grâce à un système de surveillance évolué. De récentes catastrophes au Brésil, au Canada et aux Philippines ont soulevé les préoccupations des gouvernements, des entreprises, des investisseurs et du grand public concernant la sécurité et l’impact environnemental des résidus miniers.

Inria Chile est en train de construire une plateforme pour collecter, stocker, traiter et visualiser les données sur la stabilité des bassins de résidus de l’industrie minière, ce qui fournira des informations de qualité, fiables et opportunes aux autorités, aux sociétés minières et aux communautés. Cette initiative, coordonnée par la Fundación Chile, a comme partenaires stratégiques Inria Chile et les institutions et agences gouvernementales chiliennes, en particulier la Corporation de développement de la production (Corfo), le ministère des Mines, le Service national de géologie et des mines (Sernageomin), le Bureau national des urgences du ministère de l’Intérieur (ONEMI), la Surintendance à l’environnement (SMA), le ministère des Travaux publics (DGA). Plusieurs des sociétés minières les plus importantes font également partie des partenaires stratégiques, notamment Antofagasta Minerals (AMSA), la National Copper Corporation of Chile (CODELCO), BHP, la National Mining Company (ENAMI), l’Advanced Technology Center for Mining (AMTC) et Valor Compartido.

Centre intégré de pilotage de technologies minières (CIPTEMIN)

L’objectif du CIPTEMIN est de fournir les infrastructures et les capacités nécessaires pour que les intervenants du secteur minier puissent mettre à l’essai des technologies en phase de développement pilote, étape qui précède la mise à l’échelle et la commercialisation. 

Inria Chile est le co-exécuteur technologique du CIPTEMIN, assurant le support technologique et des formations technologiques avancées. Cette initiative est menée par l’Universidad Católica del Norte (UCN) et en collaboration avec dix autres institutions — universités, entreprises et centres internationaux.

Énergie

Le Chili dispose d’un énorme potentiel en matière d’énergies renouvelables en raison de ses conditions géographiques et climatiques. Le pays a le rayonnement solaire le plus élevé du monde, des vents forts sur tout son territoire qui permettent le développement de l’énergie éolienne, une côte étendue du nord au sud pour le développement de l’énergie marine, la capacité de développer du biogaz et une ressource géothermique le long de la cordillère des Andes. Il convient de noter que selon la dernière édition deNew Energy Finance Climascope, le Chili a atteint la première place en matière d’investissement dans les énergies renouvelables en Amérique latine et dans la région des Caraïbes.

Projet de modélisation avancée pour les énergies marines renouvelables  

Ce projet visait à créer un modèle associé à la plateforme numérique OceaPoS pour la réduction des flux océaniques, qui pourra en conséquence prendre en compte les interactions entre la turbine et le flux principal. Il a également pour objet de proposer de nouvelles techniques de couplage basées sur de nouvelles conditions du littoral, permettant le développement de modèles océaniques multiphysiques de la côte à la haute mer. Il s’agit d’un projet collaboratif entre le Centre de recherche et d’innovation sur les énergies marines (MERIC), les membres des équipes LEMON et TOSCA Inria, l’Université catholique pontificale du Chili, CIGIDEN et Inria Chile. L’objectif futur est de continuer à développer les modèles existants pour offrir une version capable de dimensionner et de concevoir des champs de turbines pour un emplacement spécifique au Chili.

Mots-clés : Énergie Inria Chile Écologie Astronomie

Haut de page

Suivez Inria