Sites Inria

Séminaire IN'Tech

Marie Odin - 25/02/2010

Explications de Jacques Lemordant sur la réalité augmentée urbaine

Portrait de Jacques lemordant

Mobilité et réalité augmentée urbaine, c’est le sujet du séminaire IN'Tech qui se déroulera le 7 avril 2011 à Grenoble. Jacques Lemordant, enseignant-chercheur à l’Université Joseph Fourrier de Grenoble et membre de l’équipe WAM, organise cet événement qui permettra de mettre en contact les acteurs régionaux de la recherche et de l’industrie.

À quoi correspond la réalité augmentée en milieu urbain ?

Jacques Lemordant :  La réalité augmentée en milieu urbain consiste à faire usage de données web géolocalisées, sonores ou visuelles, ayant éventuellement un aspect temporel, pour apporter tout type d’informations complémentaires à l’utilisateur sur la ville, ses habitants, son passé, des promotions de vente, les espaces constitutifs, les directions à suivre en extérieur et en intérieur. Les mobiles les plus récents permettent d’implémenter des applications de type réalité augmentée tout d’abord car ils supportent une possibilité d’affichage graphique see-through, c’est-à-dire par superposition de vues synthétiques sur la vue de la caméra. Ils présentent également une possibilité de rendu binaural audio 3D. Ce principe repose sur un constat relativement simple : puisque notre système auditif est capable de localiser les sons dans l'espace à partir des signaux issus de nos deux oreilles, de simples écouteurs sont suffisants pour obtenir un son 3D. De plus, les mobiles embarquent une centrale d’inertie (magnétomètres, accéléromètres, gyroscopes) et des capteurs GPS qui facilitent la localisation.

Quels sont les enjeux techniques derrière ces applications ?

Jacques Lemordant :  Les navigateurs de type réalité augmentée ont connu beaucoup de succès autour des plateformes iOS et Android. Ils permettent de rechercher des points d'intérêt (POI) organisés en couches qui peuvent être payantes suivant le business model employé. Une standardisation W3C est en cours pour remédier aux problèmes d’interopérabilité qui sont apparus suite à la multiplication de ces navigateurs. Une cartographie précise (métrique ou plus) de la ville et adaptée à la navigation est nécessaire à la mise en œuvre des applications de mobilité type réalité augmentée pour piétons. L’incorporation des données géomatiques (topographie, photographie aérienne) de la ville à la cartographie collaborative libre OpenStreetMap adapté à la navigation en extérieur et en intérieur peut permettre de résoudre les problèmes d’accessibilité (des déficients visuels par exemple) aux bâtiments publiques et aux moyens de transport à moindre coût.

Quels usages sont envisagés pour ces technologies ?

Jacques Lemordant :  L’autonomie des habitants de la ville peut être grandement facilitée de part le fait que les infrastructures nécessaires aux applications de type réalité augmentée tournant sur mobile peuvent être réduites au minimum, voir même inexistantes. Le domaine des visites en intérieur ou en extérieur de type héritage culturel est un domaine de prédilection pour les applications de type réalité augmentée ou mixte, mêlant le virtuel et le réel. L’audio joue alors un grand rôle et l’utilisation d’HTML 5 peut faciliter grandement la production du contenu. Les applications de guidage pour piétons de type réalité augmentée sont également appelées à devenir un outil essentiel d’aide à la mobilité pour des déplacements aussi bien en extérieur qu’en intérieur (gares, hôpitaux, aéroports).

Mots-clés : Jacques Lemordant Équipe WAM IN'Tech Inria Grenoble - Rhône-Alpes Réalité augmentée Mobilité

Haut de page

Suivez Inria