Sites Inria

English version

Bio-informatique et outils numériques pour les produits de santé

Nadia Gorbatko - 13/02/2014

Des échanges fructueux entre chercheurs et industriels

© Inria / Photo T. Fournier

Organisées le 11 février dernier, à l’ENS de Lyon, le dernière Rencontre Inria Industrie "Bio-informatique et outils numériques pour les produits de santé" a attiré plus de 200 visiteurs, venus découvrir les recherches d’une vingtaine d’équipes. Une passionnante journée d’échanges profitable à tous.

Quelles sont les dernières recherches dans le domaine du numérique au service de la santé ? Peuvent-elles aider notre R&D ? Quelles perspectives ouvrent-elles ? Comment nous permettront-elles de faire sauter nos verrous en termes de développement ? Le 11 février dernier, lors de la Rencontre Inria Industrie Bio-informatique et outils numériques pour les produits de santé , à l’École normale supérieure (ENS) de Lyon, ils étaient quelque 200 industriels, incubateurs, représentants de sociétés de transfert technologique et autres collaborateurs des pôles de compétitivité à venir chercher des réponses à ces questions.

Retour sur les temps forts de cette rencontre

Présenter et expliquer nos travaux

Organisées par Inria, en collaboration avec Lyonbiopôle, le consortium CVSTENE et l’Amies (Agence pour les mathématiques en interaction avec l’entreprise et la société), cette journée avait pour ambition de valoriser le travail des dizaines d’équipes qui se consacrent aujourd’hui, au sein de l’institut, à la santé et aux sciences de la vie.

« C’est presque un lieu commun de dire que l’on ne peut plus se passer du numérique dans ces domaines. Mais dans les sciences de la vie et dans la santé en générale, les équipes de recherche et les entreprises n'ont pas toujours à disposition l'outil qui leur convient. Ils doivent parfois eux-mêmes entreprendre des développements, consacrer beaucoup d'efforts et piétiner. C’est pourquoi il est important de leur présenter nos travaux, de leur faire prendre conscience de leur potentiel, de la palette des possibles, de leur impact… De leur donner envie de travailler avec nous ou de suivre nos recherches ; le but final étant qu'ils se les approprient et, dans le cas des entreprises, de contribuer au développement économique » , explique Philippe Gesnouin, l’une des chevilles ouvrières de cette journée, responsable transfert "santé, sciences de la vie et biotechnologie" chez Inria.

Retracer les enjeux

Le matin, Eric Horlait, directeur du transfert et de l'innovation d'Inria, Philippe Gesnouin, Elise Taillant, ‎chargée des partenariats et des projets d'innovation, Alain Viari, directeur scientifique adjoint pour les sciences de la vie et l'environnement et François Sillion, directeur Inria Grenoble-Rhône-Alpes se sont ainsi succédé pour présenter les opportunités de ces rencontres, l’organisation, les ambitions de l’Institut ou ses savoir-faire, notamment en termes de  modélisation, d'analyse et de simulation mais aussi de transfert. « Inria fête cette année les 30 ans de sa première start-up. Aujourd’hui, on en compte près de 120 issues de nos laboratoires  », a rappelé Eric Horlait.

En insistant sur la nécessité de mettre en place une médecine prédictive et préventive, tenant compte du profil de chaque patient, le professeur Christophe Pison du CHU de Grenoble, chef de la clinique universitaire pneumologie, institut du thorax, a montré les immenses atouts du numérique pour relever ces défis.

Des atouts également soulignés par Jean-Baptiste Veyrieras, responsable du laboratoire données et connaissance, département de recherche technologique de bioMérieux, pour optimiser les performances pré et postanalytiques des outils de diagnostic et s’assurer de la qualité des mesures.

En présentant l'institut de recherche technologique BIOASTER , Christophe d'Enfert directeur scientifique et chef de l’unité biologie et pathogénie fongiques de l’institut Pasteur, a pour sa part mis l’accent sur la possibilité, grâce au numérique, de venir à bout des verrous rencontrés par les industriels et les PME du secteur des maladies infectieuses et de la microbiologie pour soutenir les développements du diagnostic, du médicament, et du vaccin. 

Nouer des contacts

L’après-midi, vidéos et simulations à l’appui, quelque vingt-cinq équipes ont ensuite pu présenter aux visiteurs l’objet et le résultat de leurs recherches, suscitant de nombreuses questions. L’occasion pour les uns, d’élargir leurs horizons en termes de développement, pour les autres de mieux comprendre les attentes et les interrogations du monde économique et médical.

De nombreux contacts ont ainsi été pris. Les échanges devraient se poursuivre au-delà de cette journée. Pour la direction du transfert et de l'innovation d'Inria, le travail ne fait que commencer…

À l'origine de ces Rencontres...

Inria fête en 2014 les 30 ans de sa première création d'entreprise. Depuis l'institut en a généré plus de 120, symboles de sa politique volontariste en matière de transfert de technologies issues de ses équipes de recherche. Institut de recherche public en sciences du numérique, Inria, a la mission d'avoir un impact non seulement scientifique mais aussi économique et sociétal : augmenter la compétitivité des entreprises qui intègrent ses technologies est un de ses objectifs prioritaires.

Aussi, pour provoquer des opportunités de rencontres et amorcer des projets de collaborations entre chercheurs et entreprises, l'institut a notamment mis en place les Rencontres Inria Industrie, ces journées thématiques nationales ou locales qui ont lieu plusieurs fois par an et partout en France ou encore la plate-forme iCOMMUNITY .

Mots-clés : Bio-informatique ; Rencontre Inria Industrie ; Santé ; Outils numériques ; Inria ; ENS Lyon ; Lyonbiopôle

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !