Sites Inria

English version

Recherche

Laure Buquet - 10/03/2016

Simuler l’impact des tsunamis sur les côtes françaises, grâce à TANDEM

Associée au Programme Investissements d’Avenir baptisé TANDEM*, l’équipe-projet Cardamom participe à « l’extension des connaissances scientifiques de la France, pour anticiper les impacts d’un tsunami sur les côtes atlantiques ». Dix partenaires prestigieux sont engagés dans cette collaboration pluridisciplinaire de quatre années au terme desquelles une plus grande conscience des risques et des actions correctives à mener, devrait émerger.

Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9, suivi d’un très fort tsunami, provoquait à Fukushima, au Japon, la plus grande catastrophe nucléaire de l’histoire de l’humanité, après celle de Tchernobyl, le 26 avril 1986. Le bilan est très lourd : 20 000 victimes, des villes rayées de la carte et des tonnes de déchets radioactifs qui échouent dans l’Océan Pacifique. Les particules issues de cette pollution continuent d’errer dans les océans du monde et ce, pour des décennies, selon les chercheurs.

Ce désastre aurait-il pu être évité ?

Pour Mario Ricchiuto, responsable de l’équipe-projet Cardamom (Inria Bordeaux Sud-Ouest), « une partie, oui, aurait peut-être pu être limitée si des actions préventives avaient été mises en place. » Actions préventives ? « Par exemple, une meilleure connaissance des scénarios sismiques sur la zone d’intérêt, croisée avec la recherche de dépôts de tsunamis au cours des derniers siècles permettrait de savoir si de violents évènements ont déjà eu lieu.  Ensuite, l’utilisation d’outils avancés de prévision (simulation) - et donc la mise en œuvre de campagnes systématiques d’évaluation a priori du niveau d’inondation suivant un éventuel tsunami- peut aider à comprendre, à quantifier et à localiser les risques. L’objectif étant bien sûr de pouvoir sensibiliser plus largement les autorités pour que des mesures de sécurité soient prises ou soient améliorées, au sein des centrales concernées » , estime-t-il. Toutes ces questions ont aussi contribué, en France (2e pays au monde en nombre de réacteurs en activité), à vouloir étendre nos connaissances scientifiques dans ce domaine.

À la convergence des questions scientifiques de TANDEM

Est ainsi né, en 2014, TANDEM* (Tsunami en Atlantique et Manche – Définition des effets par modélisation), un projet Investissements d’Avenir (PIA) financé par l’ANR pour quatre ans, auquel collaborent l’équipe-projet Cardamom, et neuf autres partenaires : le BRGM (Orléans), le CEA (Bruyères le Châtel, coordinateur), EDF (Chatou et Aix-en-Provence), Ifremer (Brest), l’IRSN (Fontenay-aux-Roses), l'École des ponts ParisTech, Principia (La Ciotat), le SHOM (Brest) et l'Université de Pau. Un partenariat avec le Meteorological Research Institute (Tsukuba, Japon) qui fournit des données topographiques, est également mis en place.

Tout à la fois experte en analyse asymptotique (comment prendre en compte les effets dominants dans un problème ?), en analyse numérique (une fois l’équation mathématique écrite, comment la traiter numériquement en adaptant dynamiquement nombre et positionnement des inconnues ?) et en applications (comment intégrer des effets complexes et prendre en compte les incertitudes sur les conditions physiques réelles ?), l’équipe-projet Cardamom se situe à la convergence de la plupart des questions scientifiques posées dans ce programme. Car, précise Mario Ricchiuto, « nous avons la liberté de ne nous concentrer que sur les aspects scientifiques, de mener des études en amont avec des outils qui ne soient pas opérationnels mais novateurs ». Aussi « les outils que nous développons ne font pas partie d’un système d’alerte. On a plutôt vocation à essayer de développer nos approches, de les tester et de proposer des solutions d’avenir améliorées. » Au terme de ce programme, aucun « produit unique » livré, au sens concret du terme, donc.

Chacun repartira avec davantage de savoir-faire, des outils améliorés, des synergies fortes avec des collaborateurs issus du monde de la recherche académique et industrielle et l’appartenance à un réseau plus structuré en France, doté de perspectives plus claires vis-à-vis d’une stratégie de prévision des risques tsunamis. 

* Tsunami in the Atlantic and the english chaNel Definition of the Effects trough numerical Modeling

Mots-clés : Cardamom Tsunamis Mario Ricchiuto Modélisation

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !