Sites Inria

English version

Transfert et Innovation

Marion Bachelet - 29/04/2013

Un nouveau partenariat pour le centre Bordeaux - Sud-Ouest, au service de la médecine du futur

Isabelle Terrasse, directrice du Centre et Jérôme Leleu, président du Groupe Interaction - ©Inria

Le 12 avril dernier, Inria Bordeaux – Sud-Ouest a signé une convention de partenariat avec la PME Interaction Healthcare du groupe Interaction. Celle-ci va collaborer avec l’équipe de recherche CARMEN, spécialisée dans la modélisation et les calculs pour l’électrophysiologie cardiaque. Il s’agit de développer une plate-forme de Serious Game appelée Medic ActiV, à destination des professionnels de santé. L’institut hospitalo-universitaire LIRYC (institut hospitalo-universitaire, de recherche, de soin et de transfert sur les troubles du rythme cardiaque) et le centre hospitalo-universitaire (CHU) sont des partenaires scientifiques du projet.


Ce nouveau projet de transfert de technologies est une réussite pour le centre. Pendant plus d’un an, la société Interaction Healthcare et nos chercheurs de l’équipe CARMEN vont collaborer, soutenus par le cofinancement du conseil régional d’Aquitaine, de l’AMIES (Agence pour les mathématiques en interaction avec l’entreprise et la société) et d’Inria. Grâce à cela, un ingénieur va pouvoir travailler sur le projet aux côtés de l’équipe.

La simulation numérique au service de la médecine du futur

L'entité Interaction Healthcare  a été créée en 2008 et est membre de Oseo Excellence depuis 2010. Implantée en région parisienne et en Normandie, elle s’est installée en 2012 vers Bordeaux. Jérôme Leleu, le président du groupe Interaction , a en effet souhaité se rapprocher des laboratoires en région très actifs, en particulier sur le territoire aquitain. Spécialisée dans le développement d’outils numériques, la société a une compétence à la fois médicale et de développement des outils numériques de formation interactifs en santé, reposant sur le concept de Serious Game . Une interaction forte s’est donc établie avec plusieurs centres hospitaliers afin de comprendre les besoins des médecins dans le suivi des pathologies cardiaques et tester ce qui fonctionne ou non, en lien aussi avec des laboratoires pharmaceutiques.
« Avec Medic ActiV, il est nécessaire de travailler sur un prototype et de pouvoir l’industrialiser. L’accessibilité à l’outil et le coût sont aussi des questions importantes dans le développement de ce type de plate-forme innovante. L’intérêt est qu’elle peut toucher tous les acteurs de santé (nutritionniste, infirmière, médecin…). C’est un projet passionnant que nous allons mener, accompagnés par Inria. »  
 
Une forte envie commune permet aujourd’hui d’engager cette collaboration. L’équipe de recherche CARMEN , sous la responsabilité de l'enseignant-chercheur Yves Coudière , a des connaissances très pointues en matière d’électrophysiologie cardiaque . Comme le souligne Nejib Zemzemi , chercheur expérimenté qui suit de près le projet aux côté d’Yves Coudière :
« C’est un projet particulièrement motivant pour l’équipe. La 1ère étape sera de créer des cas pathologiques numériques pour aider les médecins à voir et comprendre l’onde électrique cardiaque. Ensuite nous fournirons à l’utilisateur des paramètres qu'il pourra modifier pour explorer le fonctionnement du modèle. Pour cela, nous prévoyons de créer des modèles de propagation rapides, utilisables par exemple sur des tablettes. » En tant qu’enseignant, Yves Coudière a été interpellé par l’importance de la pédagogie sur ce projet : « le rôle pédagogique a toute sa place car il facilite l’appropriation de l’outil par le personnel soignant. »

Un bel exemple de partenariat public/privé

Une telle collaboration est un bel exemple de partenariat public/privé, au service des citoyens, la santé touchant chacun d’entre nous. La valeur ajoutée est la coordination des acteurs économiques, médicaux et de recherche qui donne toute une cohérence au projet . Ce partenariat illustre aussi que la simulation numérique, souvent utilisée dans le domaine industriel (aéronautique et spatial, pétrolier…) a de nombreuses autres applications possibles, comme ici dans la santé. La diffusion de ces nouveaux outils innovants en santé doit se faire à la fois vers le corps médical et le grand public. Ainsi que le souligne Isabelle Terrasse, directrice du centre de recherche Inria Bordeaux – Sud-Ouest , « Le travail de démocratisation est très important. De tels projets démontrent que la simulation numérique n’est pas qu’au service des ingénieurs et qu’elle peut contribuer à réduire les fractures sociales. Nous sommes fiers de pouvoir entamer ce projet, d’avoir reçu un soutien favorable pour son développement et d’y apporter toute l’expertise de nos chercheurs. »

Mots-clés : Interaction Healthcare - CARMEN - Transfert

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !