Sites Inria

English version

Partenariat

Marion Bachelet - 4/10/2013

Inria et l'IPB (institut polytechnique de Bordeaux) signent un accord-cadre de partenariat scientifique

Antoine Petit, Directeur général adjoint d'Inria et François Cansell, Directeur général de l'IPB - ©Inria

Faisant suite à l’accord-cadre signé en 2012 entre Inria et la CDEFI (conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs), Antoine Petit, directeur général adjoint d'Inria et François Cansell, directeur général de l'IPB ont signé aujourd'hui un accord-cadre de partenariat scientifique entre leurs établissements, au sein du centre Inria Bordeaux - Sud-Ouest, concrétisant la vision partagée de leur stratégie de recherche sur le site bordelais dans le domaine des sciences du numérique.

Depuis plus de quarante ans, Inria développe des partenariats pérennes entre ses centres de recherche et les acteurs régionaux de la recherche et de l’enseignement supérieur - en particulier les universités et les écoles d’ingénieurs. L'objectif est d’aider à constituer des pôles de recherche à visée internationale, avec un fort ancrage dans les bassins d'activité où l'institut est présent.

Le développement de l’institut polytechnique de Bordeaux , depuis sa création en 2009, s’est réalisé autour de trois axes majeurs :

  • structurer et développer les écoles d’ingénieurs en Aquitaine ;
  • garantir l’employabilité des ingénieurs tout au long de leur vie ;
  • développer une expertise scientifique et technique pour soutenir le développement économique et sociétal.

La nécessité de construire des politiques de site structurées

Concrètement, il s'agit pour Inria et l’IPB de définir clairement les activités et les projets partagés avec leurs divers partenaires.
Le centre de recherche Inria Bordeaux – Sud-Ouest rayonne sur la région aquitaine et collabore déjà avec l’IPB par des équipes de recherche communes qui sera le point d'entrée de cet accord-cadre.
« L’IPB développe ses activités de formation, de recherche et de transfert dans un esprit de pluridisciplinarité et dans le cadre de partenariats équilibrés avec les établissements d’enseignement supérieur et recherche et les organismes nationaux de recherche » , précise François Cansell .
D'ailleurs, ajoute Antoine Petit , « le souhait d'Inria est d’œuvrer pour développer une politique de site commune avec l’ensemble des acteurs de la recherche et de l’enseignement supérieur. Il conviendra de proposer que d’autres partenaires soient associés au comité de site, notamment l’université de Bordeaux bien sûr, et aussi le CNRS, afin de mettre en place cette politique de manière coordonnée. »

Un partenariat "gagnant-gagnant", preuve d'une certaine complémentarité

Forts des collaborations déjà existantes entre les deux instituts, Inria et l'IPB souhaitent par cette signature expliciter leur vision partagée de leur stratégie de recherche dans les domaines suivants :

  • Calcul intensif et modélisation ;
  • Gestion de l’incertitude et optimisation ;
  • Modélisation et simulation pour la santé ;
  • Systèmes interactifs et approches centrées utilisateurs.

Par ailleurs, Inria souhaite permettre aux équipes et unités de recherche de l'IPB d'intégrer les Inria Labs : outils développés par Inria permettant à des équipes-projets de collaborer de manière pérenne, éventuellement avec d’autres partenaires, académiques ou industriels.
La formation fera également l’objet d’actions concertées. Les collaborateurs Inria s’impliqueront dans l’élaboration et la dispense de cours de formation avancée (via par exemple les options de spécialisation de 3e année comme celle du calcul haute performance). Inria facilitera l’accueil d’ingénieurs jeunes diplômés ou désireux de poursuivre en thèse au sein de ses équipes.
Des chaires communes pourront être mises en place afin de développer l’attractivité du site pour les enseignants-chercheurs. De plus, des actions concertées de vulgarisation et de culture scientifique, notamment à destination des jeunes seront construites en commun.

Technologies, transfert, actions à l’international, etc. des actions concrètes et communes se mettent en place

À propos du développement technologique, Inria, qui conçoit et déploie des plates-formes expérimentales, propose d’ouvrir leur mise en œuvre et leur exploitation à l’IPB.
En matière de transfert de technologie auprès des industriels, les deux instituts souhaitent partager leurs expertises spécifiques, les bonnes pratiques et mettre en commun leurs réseaux afin d'accroître l’impact économique des recherches en sciences et technologies du numérique. Par exemple, Inria, en tant que porteur du Consortium de Valorisation CVSTENE, ouvrira à l’IPB les initiatives qu’il promeut.
Enfin, le renforcement des relations avec les partenaires européens et internationaux sera une condition importante pour la visibilité des deux acteurs ainsi que l’attractivité du territoire sur lequel ils sont implantés.

Cet accord-cadre se veut un acte fondateur majeur pour Inria et l’IPB, afin de continuer à bâtir des collaborations entre acteurs du monde de la recherche et de l'ingénierie. Les deux instituts souhaitent poursuivre leurs actions existantes, avec la volonté constante de s’inscrire dans l’excellence scientifique aquitaine et de promouvoir son dynamisme en matière de sciences et technologies du numérique.

Mots-clés : Signature - accord-cadre - IPB - Inria Bordeaux - Sud-Ouest

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !