Sites Inria

Evénement

Marion Bachelet - 10/10/2013

Conférence EA : quand art et science se rencontrent

Peintures avec fourmis artificielles - ©Nicolas Monmarché

Dans le cadre de la biennale EA organisée par le centre Bordeaux – Sud-Ouest du 21 au 23 octobre 2013, un side event autour de l’art (libre et gratuit) se tiendra le 21 octobre en fin d’après-midi. Le public pourra découvrir des œuvres artistiques construites par évolution artificielle.

Ces oeuvres artistiques construites par évolution artificielle

"Fossile Nageant" - ©Emmanuel Cayla

Pour comprendre de quoi il s’agit, il faut revenir à la théorie de Darwin en informatique. En effet, l’observation des phénomènes biologiques est une très riche source d’information pour les informaticiens. Dans le domaine scientifique, il existe des méthodes d’optimisation classiques. Avec ce qu’on nomme les « algorithmes évolutionnaires », on désigne une approche complémentaire. Au sein d’un programme, on peut imiter la capacité d’une population d’organismes vivants à s’adapter à son environnement à l’aide de mécanismes de sélection et d’héritage génétique.
Ce travail s’illustre par exemple avec les populations de fourmis , en observant les comportements et les déplacements d’une fourmilière devant de la nourriture : une fourmi, par le chemin qu’elle prend, dépose des phéromones sur son passage. Grâce à l’observation des trajets opérés, on peut utiliser cette technique pour des domaines d’applications de notre quotidien comme l’optimisation des déplacements.


Un « call of artworks » pour découvrir comment art et évolution artificielle se rencontrent

"Cherries", programmation génétique - ©Brian J. Ross - Maryam Baniasadi

Plusieurs scientifiques, dans le cadre de leurs travaux autour de la question, se sont lancés dans la réalisation d’œuvres artistiques. Evelyne Lutton , directrice de recherche à l’INRA, a créé un logiciel pour faire évoluer des images fractales, par des équations mathématiques qui se mélangent. Nicolas Monmarché , maître de conférences en informatique à l’école polytechnique de Tours, travaille depuis quelques années sur les fourmis artificielles : des agents informatiques "intelligents", capables de générer automatiquement de la peinture ou même de la musique. Les fourmis peintres, par exemple, se déplacent sur une image composée de pixels. Au lieu de déposer des phéromones, elles déposent des couleurs ! Le mouvement des fourmis est contrôlé par des probabilités.

Ces deux « scientifiques-artistes » et d’autres qui travaillent sur des questions similaires organisent donc un « call for artworks » le 21 octobre . Au programme ? Une dizaine d’œuvres présentées et deux artistes qui proposeront des démonstrations live , ce qui permettra au public de mieux appréhender cet art peu commun (Emmanuel Cayla, sur l’utilisation d’Artie-Fract, la création interactive et Alejandro Lopez). Ci-contre et ci-dessous un petit avant-goût des œuvres présentées au side event .


Evolutionary Art History Appropriation - ©Günter Bachelier

Mots-clés : Side event Évolution artificielle Fourmis Darwin Images fractales Artie-Fract

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !