Sites Inria

English version

Portrait

8/03/2015

Chercheuses et fières de l’être !

Portraits d'Anke et de Maria Maria Kazolea et Anke Brock - © Inria

Anke Brock et Maria Kazolea ont rejoint récemment Inria Bordeaux – Sud-Ouest en tant que chargées de recherche. Retours sur le parcours de ces deux femmes, qui portent aujourd’hui un regard différent sur la féminisation du monde de l’informatique.

Anke Brock a un parcours atypique : son diplôme d’ingénieure en poche, elle a commencé par travailler durant cinq ans en Allemagne, où elle a fait de la R&D dans l’industrie automobile, avant d’intégrer l’université de Toulouse pour un master, une thèse puis un postdoc. Aujourd’hui chercheuse au sein de l’équipe-projet POTIOC Inria Bordeaux – Sud-Ouest, elle est spécialisée dans l’interaction humain-machine destinée au grand public. « Notre objectif : concevoir, prototyper et évaluer des systèmes informatiques à usage humain » , explique Anke Brock. « Le fil conducteur de mes travaux, ce sont les cartes géographiques interactives. Durant ma thèse, j’avais déjà travaillé sur des cartes accessibles aux déficients visuels. Je me consacre désormais à des systèmes interactifs pour l’éducation et la vulgarisation des sciences. Je collabore notamment avec Cap Sciences, le centre de culture scientifique technique et industrielle de Bordeaux. »

Quant à Maria Kazolea, elle a effectué l’ensemble de sa formation en Grèce, à L’université de Crète, puis à l’université technique de Crète, où elle a décroché un doctorat en 2013. Le sujet de sa thèse : la modélisation mathématique et informatique de la génération et de la propagation des ondes dans les milieux marins et côtiers. Après deux années au sein de la Fondation pour la recherche et la technologie – Hellas, elle rejoint en 2014 l’équipe de recherche CARDAMOM d’Inria Bordeaux – Sud-Ouest, qui se consacre au développement et à la certification numérique de modèles complexes décrivant des écoulements de fluides. « Si j’aime étudier les vagues, surtout les plus grandes et en particulier celles provoquées par des secousses sismiques et des glissements de terrain, c’est sans doute parce que mon pays compte de nombreuses îles, explique-t-elle tout simplement. Je suis aussi très intéressée par les mathématiques appliquées et computationnelles, qui permettent des avancées très concrètes. J’apprécie de travailler dans un domaine qui se trouve à la croisée des mathématiques, de la physique et de l’ingénierie côtière.  »

Les ordinateurs, c’était pour les garçons

Toutes deux passionnées par leurs métiers, Anke Brock et Maria Kazolea ne regrettent en rien d’avoir choisi la voie des sciences et de la recherche, même si elles ne portent pas le même regard sur la façon dont les femmes sont intégrées dans leurs univers professionnels respectifs. « Lors de l’émergence de l'informatique au début des années soixante, ce métier était plutôt destiné aux femmes. Mais depuis trente ans, la tendance s’est inversée et le métier s’est masculinisé, constate Anke Brock. On attribue cela souvent aux clichés autour des geeks, mais aussi au fait que dans les foyers, c’était généralement aux garçons que l’on offrait des ordinateurs... »  Très mobilisée sur le sujet, Anke Brock fait partie de l’association Femmes & Sciences depuis son arrivée à Bordeaux. Entre autres engagements, elle s’est portée volontaire pour participer à l’organisation de la conférence ACM womENcourage 2015, qui se tiendra en Suède en septembre prochain. « Il est important que les femmes se sentent bienvenues dans le monde de l’informatique, qui aurait beaucoup à gagner à s’enrichir des points de vue féminins » , estime-t-elle.

Maria Kazolea, en revanche, affirme n’avoir jamais souffert de misogynie durant sa carrière.  Selon elle, « même si l’informatique attire moins les femmes que les mathématiques, je n’ai jamais senti de différence de traitement ni eu à subir de réflexions désagréables. Il est vrai que l’équipe dans laquelle je travaille actuellement compte autant de femmes que d’hommes… »

Mots-clés : Portrait Science Interviews International Women’s Day

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !