Sites Inria

English version

Logiciel

Bel Dumé – Technoscope - 21/12/2012

Cédric Chevalier : ''Scotch est en avance pour les architectures de nouvelle génération''

Cédric Chevalier, ingénieur-chercheur au CEA, « Scotch est en avance pour les architectures de nouvelle génération » .

Pour quelles applications le CEA utilise-t-il Scotch ?

Historiquement, Scotch est très lié au CEA. Cela fait en effet une vingtaine d’années que le centre de Bordeaux, par exemple, utilise Scotch pour la renumérotation de matrice afin d’optimiser la résolution de problèmes d’algèbre linéaire. Aujourd’hui, nous utilisons essentiellement cet outil pour rééquilibrer les charges de calculs au cours d’applications parallèles et distribuées à grande échelle, afin de mieux exploiter les ressources de calculs. Cela concerne la plupart des applications utilisées par le CEA, comme la simulation des  phénomènes physiques mis en jeu lors des expériences sur le futur laser Mégajoule.

Pourquoi utiliser Scotch ?

Nous utilisons Scotch de préférence à d’autres partitionneurs lorsque la robustesse est une priorité. Un autre atout de Scotch est d’être français et d’avoir une équipe très réactive, par exemple pour développer de nouvelles fonctionnalités ou résoudre un bug. De plus, le logiciel est en avance pour faire du placement sur les nouvelles architectures hétérogènes, une spécificité qui nous intéresse particulièrement pour l’avenir.

Pouvez-vous qualifier votre collaboration ?

Je connais bien le logiciel Scotch pour avoir fait ma thèse avec François Pellegrini, mais aussi les autres partitionneurs open source comme Metis que j’utilise, ou Zoltan sur lequel j’ai eu l’occasion de travailler par la suite. Je ne contribue pas directement au logiciel mais je teste de nouvelles fonctionnalités en avant-première. Je peux également aiguiller vers des développements qui nous intéressent, par exemple sur le développement du partitionnement multicritère, nécessaire pour les grandes simulations multiphysiques. Nous envisageons de collaborer de façon plus marquée en codirigeant une thèse sur le sujet.  

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !