Sites Inria

Intelligence artificielle

Laurence Goussu - 24/04/2019

Instituts interdisciplinaires d’intelligence artificielle (3IA) : les projets retenus

Les résultats définitifs de l’appel à manifestation d’intérêt 3IA (Instituts Interdisciplinaires d'Intelligence Artificielle) ont été rendus publics le 24 avril 2019 par la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal et le secrétaire d'État chargé du Numérique, Cédric O. Les projets des sites de Grenoble « MIAI@Grenoble-Alpes », de Nice-Sophia Antipolis « 3IA Côte d'Azur », de Paris « PRAIRIE »  et de Toulouse « ANITI » ont été retenus. Inria participe à trois des quatre projets retenus.

Les projets 3IA retenus

• Grenoble – « MIAI@Grenoble-Alpes »
Depuis l’obtention de l’« IDEX Université Grenoble Alpes », le site grenoblois est lancé dans une dynamique de structuration des acteurs académiques, qui associe fortement les partenaires économiques et les collectivités territoriales. Le projet MIAI@Grenoble-Alpes accordera une place particulière aux domaines de la santé personnalisée, des dispositifs médicaux, de l’environnement et de l’énergie.

• Nice-Sophia Antipolis – « 3IA Côte d'Azur »
Regroupant les principaux membres d’Université Côte d’Azur en intelligence artificielle comme le CNRS, Inria et les autres institutions académiques du site comme les trois écoles EURECOM, MINES ParisTech et SKEMA Business School ainsi que de l'Inserm, l’institut 3IA Côte d'Azur , porté par l’université Côte d'Azur, rassemblera plus d’une centaine de chercheurs et chercheuses autour des domaines de la santé numérique et des territoires intelligents.

• Paris – « PRAIRIE » : PaRis Artificial Intelligence Research InstitutE
Créé par le CNRS, Inria, l’Institut Pasteur, PSL Université et l'université de Paris, avec le soutien de seize partenaires industriels, l’institut PRAIRIE se focalise sur les domaines de la santé, des transports et de l’environnement, en catalysant les échanges entre recherche académique et industrielle.

• Toulouse – « ANITI » : Artificial and natural intelligence Toulouse Institute
Le projet Aniti porté par l’université de Toulouse est structuré par un programme de recherche dans le domaine du transport et de la mobilité aéronautique et spatiale. L’expertise locale en sciences humaines et sociales sera aussi mobilisée pour alimenter les réflexions.

Les centres de recherche Inria Grenoble - Rhône-Alpes, Sophia Antipolis - Méditerranée et de Paris sont au cœur de trois des projets retenus, aux côtés des partenaires académiques et industriels d’Inria.

Pour Bruno Sportisse, PDG d’Inria , « ces résultats récompensent un travail important de mobilisation tout au long de ces derniers mois et la dynamique collective impulsée par les différents partenaires porteurs des projets. Il faut également rappeler que la réflexion de grande qualité menée dans le cadre de projets qui n'ont pas été retenus contribuera également à nourrir la dynamique du plan national IA, au-delà des sites retenus. Ceci n’est qu’une étape, certes importante, dans la mise en œuvre du plan national IA, avec à présent d’autres actions devant nous pour renforcer l’écosystème français de recherche et d’innovation autour de l’intelligence artificielle . »

La coordination du volet recherche du plan national d’intelligence artificielle menée par Inria

Inria coordonne le volet recherche du plan national d’intelligence artificielle, en lien avec les autres organismes de recherche, les universités et plus largement avec l'ensemble de la communauté scientifique française.

L’institut continuera à se mobiliser pour soutenir l’ensemble des acteurs, mettre en place et suivre l’ensemble des actions prévues pour renforcer le potentiel national en intelligence artificielle. Le rôle donné à Inria, en appui aux politiques publiques, est à la fois une reconnaissance de la place d’Inria dans le numérique et un vrai défi pour l’institut, qui est pleinement engagé.

Pour mener à bien cette coordination, de manière bien distincte de son activité de recherche, Inria a mis place une direction de programme dédiée, dont la responsabilité a été confiée à Bertrand Braunschweig . Par ailleurs un comité stratégique regroupera les opérateurs de recherche nationaux concernés et un comité de suivi international est mis en place par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation pour suivre l’avancement du programme.

L’action de l’institut porte notamment sur les points suivants, en étroite articulation avec ses partenaires académiques (universités, écoles d’ingénieurs, organismes de recherche) :

• Proposer et cordonner la mise en œuvre par les opérateurs concernés, des actions soutenues dans le cadre du programme ;
• Assurer un rôle d’expertise scientifique et technologique au bénéfice des différentes actions de la stratégie IA nationale ;
• Animer et coordonner le réseau national de recherche en IA et plus généralement animer scientifiquement l’écosystème national de l’IA ;
• Participer au développement d’actions de coopérations bilatérales, notamment avec l’Allemagne, européennes et internationales ;
• Participer au renforcement de l’impact économique de la recherche publique, notamment à travers la création et l’accompagnement de startups technologiques.

Cette action de coordination est fondée sur l’attention portée à la mobilisation des dispositifs déjà existants et à la cohérence avec les actions des divers acteurs académiques.

L’intelligence artificielle, un domaine stratégique d’Inria

Au sein d’Inria, une trentaine d’équipes-projets sur les 200 équipes-projet que compte l’institut travaille directement sur des sujets liés à l’intelligence artificielle notamment s’agissant de l’apprentissage automatique, la reconnaissance de formes, la robotique, la voiture intelligente, le Web sémantique, le raisonnement, les neurosciences et la prise de décision assistée par des algorithmes.

Inria est à l’origine de nombreuses collaborations dans lesquelles l’intelligence artificielle joue un rôle central et vise des domaines applicatifs ; notamment les Inria Project Lab (le big data , le fact checking appliqué au journalisme, les interfaces cerveaux-ordinateur, l’analyse de données d’imagerie cellulaire). L’institut participe au projet collaboratif européen Horizon 2020 AI4EU (construction d'une plate-forme européenne d’expérimentation de technologies liées à l'IA) et a également de nombreux partenariats internationaux dans ce domaine (Canada, États-Unis, Chine, Singapour, Corée du Sud, Japon).

Inria travaille également avec de nombreuses entreprises dans le cadre de contrats industriels basés sur l’IA et a accompagné la création de plus de 170 startups dont un nombre croissant ont une base technologique qui relève de l’IA.

Par ailleurs, Inria a mis au cœur de ses axes stratégiques la recherche sur une intelligence artificielle responsable et maîtrisée, autour des questions de transparence des algorithmes, de vérification, de validation et de certification des systèmes d’IA et de leur corollaire, la capacité à produire des explications compréhensibles par les utilisateurs.

Ces travaux de recherche recouvrent un grand nombre de domaines scientifiques qui doivent être portés à la connaissance de tous, au-delà des milieux académiques et industriels, de façon à en améliorer la compréhension générale et à nourrir le débat public et citoyen sur l’intelligence artificielle, en particulier à travers le projet de plate-forme TransAlgo .

Pour Bruno Sportisse, PDG d’Inria , « la recherche publique dans le numérique a la responsabilité de participer à la construction d’une IA responsable et maîtrisée et de nourrir le débat public et citoyen sur ces sujets, au-delà des cercles d’experts : c’est aussi un des enjeux du plan IA que de placer l’humain au centre. »

Mots-clés : 3IA MIAI@Grenoble-Alpes ANITI 3IA Côte d'Azur PRAIRIE institute Intelligence artificielle IA

Haut de page

Suivez Inria