Sites Inria

Prix Inria

Muriel Droin - 14/06/2012

Inria décerne ses Prix 2012

Pour leur deuxième édition, les Prix Inria distinguent des chercheurs et ingénieurs ayant accompagné l’évolution de la société dans de multiples domaines par leurs contributions scientifiques et mathématiques. Les activités de support et de soutien à la recherche sont également à l’honneur avec deux prix dédiés. Ils sont décernés ce jour au cours d’une cérémonie au Collège de France, en présence de Michel Cosnard, Président-directeur général d’Inria, de Dominique Florack, Directeur général adjoint en charge de la recherche et du développement de Dassault Systèmes et de nombreux représentants du monde de la recherche et de l’industrie.

Le Grand Prix Inria est attribué à Pierre-Louis Lions. Professeur au Collège de France, Pierre-Louis Lions insuffle des idées avant-gardistes dans toutes les thématiques qu’il aborde, des mathématiques à la physique, en passant par l’économie ou la simulation numérique dans l’industrie. Le rayonnement scientifique de ce mathématicien, membre de l'Académie des Sciences, s’étend du monde académique au monde de l’entreprise, et ses théories sont reprises par de nombreux scientifiques.
Pour Pierre-Louis Lions, l’enseignement est au cœur du métier de chercheur. Dès l’age de 25 ans et jusqu’en 2003, il enseigne au sein du centre de recherche en mathématiques de la décision de l’Université Paris-Dauphine. Il enseigne également à l’Ecole Polytechnique depuis 1992 et au Collège de France depuis 2002.
Il est responsable de nombreux programmes de coopération internationale et de contrats de recherche industriels. Pierre-Louis Lions a reçu de nombreux prix dont la médaille Fields en 1994.

Le Prix de l'Innovation Inria-Dassault Systèmes  est remis à Paul-Louis George. Titulaire d’un doctorat en mathématiques appliquées de l’Université Pierre et Marie Curie, il est devenu un  spécialiste mondialement reconnu de la théorie du maillage et de ses développements technologiques. Paul-Louis George est Directeur de recherche Inria et responsable de l'équipe-projet Gamma3 (Inria, UTT) du centre de recherche Inria Paris-Rocquencourt.
Lorsque Paul-Louis George débute ses recherches, le maillage était peu en vogue, mais les industriels et les éditeurs de logiciels étaient très demandeurs de solutions permettant de simuler en 3D le comportement de structures sous contrainte, et l’évolution des capacités des machines permettaient de s’attaquer à des problèmes en 3 dimensions. Ses travaux ont alors permis des avancées significatives dans l'exploitation industrielle de la simulation numérique 3D. Il est notamment le contributeur central du logiciel GHS3D, mailleur volumique de près d'une centaine d'éditeurs de logiciels commerciaux de simulation dans le monde entier, en particulier la société Distène avec laquelle il a un partenariat très étroit.
 
Grâce à ces partis-pris ambitieux et le savoir-faire accumulé, son équipe est aujourd’hui en pointe au niveau mondial sur des sujets comme le maillage anisotrope pour lequel elle a développé des théories originales permettant une exploitation industrielle. Paul-Louis George contribue également à la diffusion de son travail, en donnant des cours et en publiant de nombreux ouvrages de référence sur le maillage.

Le Prix Jeune Chercheur  met à l’honneur Francis Bach, spécialiste de l’apprentissage statistique. Polytechnicien, ingénieur du Corps des Mines et titulaire d’un doctorat en informatique de l'Université de Berkeley, il est actuellement Directeur de Recherche Inria et responsable de l’équipe-projet Sierra du Centre de recherche Inria Paris-Rocquencourt et du Liens (équipe commune ENS, CNRS et Inria).
En 2005, il poursuit ses recherches au centre de morphologie mathématique de l’École des Mines de Paris, puis en 2007 au sein de l’équipe-projet Willow. Son champ de recherche concerne l’apprentissage statistique, avec pour objectif de développer des méthodes de traitement automatisé capables d’exploiter les données numériques complexes. Il applique ces connaissances et travaux à de multiples domaines, comme la vision artificielle ou le traitement de signal audio.

Le volet applicatif est en effet crucial pour son approche scientifique qui fait dialoguer théorie, algorithmes et retours d’expérience. Jadis porté vers les problématiques sonores et visuelles, Francis Bach s’intéresse aujourd’hui aussi à la bioinformatique et à l’imagerie cérébrale. Francis Bach est lauréat de l’ERC (European Research Council) en 2009.

Le Prix du soutien à la recherche et à l’innovation  est décerné David Margery, Ingénieur du Service expérimentation et développement (SED) du centre Inria Rennes-Bretagne Atlantique. Il assure depuis 4 ans  la mission de Directeur Technique de la plateforme Grid 5000, plateforme qui permet aux informaticiens de déployer des protocoles, des algorithmes, des applications distribuées, de mettre au point des logiciels, autant d’expérimentations à grande échelle pour la plupart impossibles à mener autrement. Cette infrastructure unique au monde permet aujourd’hui d’exploiter la puissance de calcul de 8140 cœurs de processeurs répartis sur 9 sites d’Inria, d’université et du CNRS en France (Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Nancy, Rennes, Sophia-Antipolis, Toulouse, Reims) et deux sites à l’étranger (Porto Alegre au Brésil et au Luxembourg) avec plus de 550 utilisateurs. Architecte matériel et logiciel de cette plateforme d’expérimentation exemplaire, David Margery est régulièrement consulté pour le projet américain FutureGrid.

Les Lauréats du Prix du service de support à la recherche  sont Marie-Agnès Enard, Frédéric Carette et Sylvain Karpf. Au sein du centre de recherche Inria Lille-Nord Europe, Marie-Agnès Enard, responsable communication, Frédéric Carette, responsable des services généraux et Sylvain Karpf, chargé des partenariats et des projets d'innovation, sont récompensés pour leur implication et leur rôle décisif, avec leurs équipes, dans la mise en œuvre du plateau Inria au cœur d’EuraTechnologies à Lille.
Ce plateau au sein d’Euratechnologies est le premier espace de démonstrations et d’échanges d’Inria avec ses partenaires économiques. Une vitrine technologique où les chercheurs font la démonstration de l'avancée de leur recherches et de leurs applications auprès des entreprises.

A propos de Dassault Systèmes

Leader mondial des solutions 3D et de gestion du cycle de vie des produits (Product Lifecycle Management ou PLM), Dassault Systèmes apporte de la valeur ajoutée à 130 000 clients, répartis dans 80 pays. Pionnier du marché du logiciel en 3D depuis 1981, Dassault Systèmes développe et commercialise des logiciels d'application PLM et des services qui anticipent les processus industriels de demain et offrent une vision 3D de l'ensemble du cycle de vie d'un produit, de sa conception à sa maintenance. L’offre de Dassault Systèmes se compose de CATIA pour la conception virtuelle de produits, SolidWorks pour la conception mécanique en 3D, DELMIA pour la production virtuelle, SIMULIA pour la simulation et les tests virtuels, ENOVIA pour la gestion collaborative et globale du cycle de vie, EXALEAD pour les search-based applications et 3DVIA pour des expériences 3D vécues en-ligne comme dans la vie réelle. Pour plus d’informations : http://www.3ds.com/fr
CATIA, DELMIA, ENOVIA, EXALEAD, SIMULIA, SolidWorks et 3DVIA sont des marques déposées de Dassault Systèmes ou de ses filiales aux USA et/ou dans d'autres pays.

A propos d'Inria

Créé en 1967, Inria est le seul institut public de recherche entièrement dédié aux sciences du numérique. A l’interface des sciences informatiques et des mathématiques, les 3400 chercheurs d’Inria inventent les technologies numériques de demain. Issus des plus grandes universités internationales, ils croisent, avec créativité, recherche fondamentale et recherche appliquée. Ils se consacrent à des problèmes concrets, collaborent avec les acteurs de la recherche publique et privée en France et à l’étranger, et transfèrent le fruit de leurs travaux vers les entreprises innovantes. Les chercheurs des équipes Inria ont publié plus de 4800 articles en 2010. Ils sont à l'origine de plus de 270 brevets actifs et de 105 start-ups. Le budget d'Inria s’élevait en 2010 à 252,5 millions d'euros dont 26% de ressources propres.

Mots-clés : Inventeurs Mathémathiques Prix Inria Innovation

Haut de page

Suivez Inria