Sites Inria

English version

Métiers d'Inria - Interview

Françoise Monfort - 3/02/2011

Yliès Falcone : "Les partenariats avec le monde industriel confrontent notre recherche à des problématiques de société "

Yliès Falcone a choisi la recherche en informatique, et plus spécialement le domaine de la vérification, pour leurs méthodes rigoureuses et pour leur caractère très applicatif. Il effectue actuellement son post-doctorat au centre Inria Rennes - Bretagne Atlantique dans l’équipe VERTECS, un tremplin incontestable pour ce jeune chercheur qui voit loin.

Quel a été votre parcours avant d'intégrer Inria?

J’ai fait un master en sciences et technologies de l’information à l’université de Grenoble portant sur la validation des systèmes critiques. Les domaines d’application sont, en général, les systèmes embarqués (avionique, téléphones portables, etc). Ma thèse intitulée « Etude et mise en œuvre de techniques de validation à l’exécution » a été effectuée dans la continuité et dans le même laboratoire, Verimag. Je souhaitais travailler chez Inria pour sa renommée à l’international. J’avais rencontré Thierry Jéron - membre du jury de ma thèse - au cours d’une collaboration sur un projet ANR : c’est donc tout naturellement que j’ai intégré son équipe, VERTECS, en décembre 2009.

Quelles sont vos impressions après un an passé à l'institut ?

Il existe chez Inria une véritable volonté de partenariats avec le monde industriel. Notre recherche se confronte ainsi à des problématiques de société, elle trouve des prolongements dans des applications au quotidien. C’est une philosophie que j‘apprécie, qui donne un sens à mes recherches. Elle est conforme à la réputation de l’institut et à son fonctionnement autour de projets bien définis. Je suis par ailleurs en train de monter mon dossier de candidature pour un poste de chargé de recherche et ce séjour m’offre les conditions favorables pour approfondir mon expertise en vérification et validation à l’exécution. Dans le cas où je serais recruté, j’envisage de créer une équipe-projet d’ici 5 à 10 ans.

Qu’est-ce que cette expérience de post-doctorant Inria va vous apporter pour la suite de votre carrière ?

Intégrer une équipe-projet permet de travailler avec des personnes sur une thématique où les axes de recherche sont fédérés par objectifs et domaines communs. Le travail dans une équipe-projet permet de découvrir des domaines connexes et apporter son expertise à l’équipe ; cela crée une vraie synergie. Ce séjour m’offre également la chance de collaborer avec des chercheurs à l’étranger. Inria propose un programme Explorateur3 qui finance pendant 1 à 3 mois un séjour à l’étranger dans une institution de notre choix. Ma candidature à ce programme a été acceptée, je vais ainsi pouvoir travailler à partir de mi-janvier à l’institut australien de Canberra, le NICTA, puis au Royaume-Uni à l’Université de Manchester dans le groupe des méthodes formelles. C’est l’occasion de développer mon réseau professionnel à l’international et de monter des collaborations pour mon institut. C’est formidable d’un point de vue professionnel mais aussi personnel.

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui se destine à effectuer son post-doctorat au sein de l'institut ?

Le post-doctorat est une période pendant laquelle on dessine sa carrière, où il faut faire preuve d’un dynamisme permanent. Inria fournit des moyens, c’est au post-doctorant de les mettre à profit. Que ce soit pour la bourse Explorateur ou pour le concours de chargé de recherche, il faut prendre l’initiative. Il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. Dans son équipe, il faut apporter sa pierre à l’édifice en n’hésitant pas à soumettre de nouvelles idées auxquelles on croit personnellement et en s’intégrant dans les travaux en cours de l’équipe. Le post-doctorat est l’occasion de réfléchir à sa carrière : quel institut, thématique, enseignement ou pas ? C’est le moment où il faut oser se projeter.

Mots-clés : Centre de recherche Inria Rennes Ylies Falcone Equipe VERTECS Chercheur Post-doctorant

Haut de page

Suivez Inria