Sites Inria

English version

Relations Internationales

Géraldine Clermont - 25/06/2010

Urbana Champaign : une expérience qui pétille

Il y a un an, l'université d’Urbana Champaign aux Etats-Unis et Inria mettaient en place le laboratoire commun de recherche en calcul intensif (High-Performance Computing, HPC). Basé au sein de l’Université de l’Illinois, ce laboratoire concentre ses travaux sur le développement d’algorithmes et de logiciels pour des ordinateurs à échelle pétaflopique et au-delà. Les chercheurs du laboratoire ont intégré leurs travaux dans le cadre du projet Blue Waters. Objectif ? Mettre au point le plus puissant des ordinateurs au monde. Le laboratoire est codirigé par Franck Cappello de l’Inria et Marc Snir du département informatique d’Urbana-Champaign, qui se consacre depuis 20 ans à l’étude du HPC, notamment au système de calcul intensif d’IBM. A l’occasion de la première évaluation du laboratoire commun, Marc Snir revient sur un an de collaboration.

Voilà déjà un an que le laboratoire commun Inria/Urbana-Champaign a vu le jour. Quel est votre bilan?

Portait Marc Snir

Marc Snir :  Le laboratoire commun a pour but de promouvoir la collaboration entre les scientifiques français et américains. Notre objectif est de développer des logiciels qui simplifieraient l'utilisation d’ordinateurs comme celui du projet Blue Water qui verra le jour en 2011. J'ai été très agréablement surpris par les nombreux rapprochements entre les chercheurs français et américains. Nous avons organisé trois workshops durant lesquels nous avons beaucoup échangé. Mais nous avons surtout mené à bien des travaux sur de nouveaux algorithmes et logiciels, et mis à jour des bibliothèques de composantes scientifiques. Notre coopération avec l’Inria s’est donc rapidement concrétisée. Nous avons déjà beaucoup publié. Nous obtenons de bons résultats scientifiques dans les domaines de la résilience ou du « comment surmonter les défaillances du système à grande échelle ». La qualité des résultats obtenus dans un laps de temps très court est tout à fait extraordinaire.

Ce laboratoire commun est constitué de scientifiques français et américains. Comment travaillez-vous ensemble?

M.S. : Nous nous réunissons tous les six mois, en France, puis aux États-Unis. Le premier workshop s’est déroulé à Paris. Le second dans l'Illinois. Le troisième se passe actuellement à Bordeaux. Les chercheurs et les étudiants d'Inria se rendent aussi très souvent à Urbana Champaign, et vise versa. Franck Cappello de l’Inria s’implique énormément dans ce laboratoire commun. Expatrié aux Etats-Unis, il travaille activement à l’identification des diverses collaborations et sujets de recherche possibles avec notre université. Les chercheurs du laboratoire commun s’impliquent eux aussi doublement dans les recherches qui ne traitent pas que de problèmes théoriques. Les défis sur lesquels nous travaillons sont en effet très concrets. Nous voulons savoir comment faire fonctionner correctement le plus puissant des ordinateurs. Les objectifs sont donc clairs et concrets.

Quel est pour vous l’avantage de travailler en partenariat avec l'Inria ?

M.S. : Le calcul haute-performance, le développement des futurs logiciels informatiques à grande échelle de pointe sont des domaines complexes et importants. Je crois que la seule façon de réussir, c’est de collaborer au niveau international. Nous poussons activement dans ce sens afin de réunir les meilleurs spécialistes du domaine. Pour moi, la collaboration en informatique doit évoluer à la même manière que celle en exploration spatiale. Les chercheurs français sont déjà très avancés dans le calcul haute-performance, et nous apprécions mutuellement la contribution des uns et des autres dans ce domaine.

À propos

 
 Center for Extreme-scale Computation
 Le centre fait partie de l’Université de l’Illinois pour (Institute for Advanced Computing Applications and Technologies). Il se concentre sur le développement des applications et des technologies visant à aider les scientifiques et les ingénieurs à tirer tout le potentiel des ordinateurs de très haute puissance. Les champs de recherche couvrent notamment l’utilisation d’accélérateurs tels que GPUs en informatique scientifique, l’étude des simulations techniques multiéchelles et le éveloppement de nouvelles méthodes de programmation parallèle et d’applications scientifiques.
 
 NCSA
 Le National Center for Supercomputing Applications, est situé à Urbana Champaign, au sein de l’Université de l’Illinois. Sa mission consiste à mettre à disposition des scientifiques et des ingénieurs des ordinateurs de forte puissance et de l’expertise de haut niveau. Depuis plus de 20 ans, le NCSA fait partie des leaders comme fournisseur de ressources en calcul de haute performance et comme partenaire de la communauté scientifique spécialisée dans la recherche en informatique (matériel et logiciel). Fort de cette expérience et de ce leadership, le NCSA et ses partenaires viennent de lancer le projet «Blue water», visant à offrir à la communauté scientifique un ordinateur capable de produire 1 Petaflops soutenu.
 
 Inria
 Établissement public à caractère scientifique et technologique, sous tutelle des ministères chargés de la Recherche et de l'Industrie. Dirigeants : Michel COSNARD, Pdg d'Inria – Jean-Pierre VERJUS, directeur général adjoint. Budget annuel (2009) : 200 M€ dont 21% de ressources propres. Centres régionaux de recherche : Paris - Rocquencourt, Sophia Antipolis – Méditerranée, Grenoble – Rhône-Alpes, Nancy – Grand Est, Rennes – Bretagne Atlantique, Bordeaux – Sud Ouest, Lille – Nord Europe, Saclay – Île-de-France. 2800 chercheurs, dont plus de 1000 doctorants, travaillant dans plus de 160 équipes-projets dontla plupart sont communes avec d’autres organismes, des grandes écoles, des universités. 790 contrats de recherche actifs. 79 équipes associées dans le monde. 94 entreprises créées depuis 1984.

Mots-clés : Université Illinois Calcul Haute Performance HPC Laboratoire commun Marc Snir Franck Cappello

Haut de page

Suivez Inria