Sites Inria

English version

Entretien

DCOM (*) - 20/06/2019

Jean-Marie Hullot, des cartes perforées à l'Iphone

Jean-Marie Hullot © Inria / Photo G. Scagnelli

Pour les 50 ans d'Inria en 2017, Jean-Marie Hullot nous avait présenté son parcours menant de la recherche à la cocréation de l'Iphone en passant par l'entrepreneuriat. Des trajectoires guidées par une exigence scientifique et esthétique, et par sa passion pour l'image, développée jusqu'à la fin de sa vie au sein de la Fondation Iris.

L’informatique par hasard ?

Je faisais des mathématiques à Normale à la fin des années soixante-dix. Je suis allé inscrire ma compagne à l’université et j’ai vu l’affiche du DEA de Jean Vuillemin. J’ai commencé les cours d’informatique sans savoir ce que c’était, j’ai dû apprendre à programmer sur des cartes perforées. Je travaillais aussi avec l’IRCAM de Pierre Boulez : le centre était ouvert la nuit et permettait des rencontres extraordinaires. J’y appliquais les cours de Gérard Huet : celui-ci est passé un jour et a découvert, surpris, mes travaux sur l’écran ! J’ai ensuite fait ma thèse, qui portait sur les preuves formelles, sous sa direction chez Inria. J’ai le souvenir d’une grande souplesse au sein de projets définis ; on pouvait passer d’équipe en équipe, participer à des projets très différents. Chacun pouvait aussi donner à l’autre les outils nécessaires au développement de sa recherche.

Je ne me posais pas vraiment alors la question du monde industriel : je faisais de l’informatique par goût et essayais de faire des choses belles et faciles à comprendre. J’ai dû passer autant de temps sur la mise en page de ma thèse que sur ma thèse elle-même ! Après mon doctorat, j’ai commencé à travailler avec Jean Vuillemin sur la théorie des circuits intégrés, et j’étais très intéressé par les transparents qui présentaient les cours : l’esthétique est essentielle parce qu’elle construit, elle détermine ce qui est important et ce qui ne l’est pas. Un autre aspect formidable de l’institut était la possibilité de voyager et de découvrir d’autres méthodes et d’autres professeurs. Il faut aménager ce genre de pauses car si vous faites tout le temps la même chose, votre esprit se câble et ne sort plus de son système. Vous pouvez créer de nouvelles couches, mais vous restez dans le même créneau. C’est en changeant de système qu’apparaissent des ruptures ; c’est en se libérant du connu que l’on innove. C’est ce que j’ai fait lors d’une mission à la Réunion à l’époque.

L’innovation, de Rocquencourt à la Californie

L’aspect programmation et mise en place réelle est devenu essentiel. Je voulais que mon travail ne reste pas théorique. Quand je suis revenu de la Réunion en 1984, le Macintosh était sorti. Apple en avait donné deux à l’institut qui ne savait pas quoi en faire. Les collègues en ont posé un sur mon bureau en se disant que cela m’amuserait ! C’était une vraie révolution pour moi : chez Inria nous travaillions encore avec des écrans et des caractères, sans fenêtres, sans graphisme. L’outil n’avait pas encore beaucoup de puissance, mais présentait à la fois de nouvelles possibilités de travail et de nouveaux problèmes. Le fait de devoir construire une interface utilisateur en écrivant des lignes de code était une surcharge de travail extrêmement importante. Le résultat était certes plus plaisant et directement utilisable par d’autres, mais la perte de temps pour un chercheur était énorme. 


J’ai eu l’idée de construire toute la partie graphique à l’aide d’un éditeur graphique. Ainsi aucune programmation n’était plus requise pour créer les fenêtres, les boutons, les menus… Restait à « connecter » les éléments de l’interface aux différentes fonctionnalités du programme. Encore une fois, j’ai trouvé la solution pour faire ceci entièrement graphiquement en utilisant des concepts de la programmation orientée objets. J’ai ainsi créé l’outil, nommé SOS Interface, qui plaisait beaucoup aux autres chercheurs, mais aussi à Apple … et je me suis dit qu’il ne pouvait pas rester dans un institut de recherche.


Le président de l’époque, Alain Bensoussan, était totalement pris par la création d’ILOG  : nous étions d’accord pour développer plus largement cette technologie de rupture ; il m’a laissé la propriété intellectuelle de l’outil et j’ai démissionné d’Inria. Je suis resté dans mon garage pendant un an pour en faire un vrai produit commercialisable que j’ai ensuite distribué aux États-Unis sous le nom Interface Builder . Je l’ai présenté à MacWorld Expo à San Francisco. Un représentant du product marketing de chez NeXT , la société juste créée par Steve Jobs après son départ d’Apple , m’a invité à venir les voir. J’ai donc rencontré Steve, toujours un peu agressif selon ses habitudes, qui m’a congédié après m’avoir félicité ! Puis, sur le parking, le product maketer est venu me rechercher pour un second entretien. Steve, à présent chaleureux, m’attendait dans un canapé et m’a demandé quand je commençais à travailler avec lui. Je lui ai répondu que cela m’intéressait mais qu’il me fallait d’abord deux mois de vacances ! Mais Steve aimait beaucoup les gens et les comportements différents, et une telle demande aux États-Unis était clairement étonnante ! Je suis donc parti au Laos.

Mac OS et la révolution numérique

À mon retour, j’ai accepté de mettre en place ma solution chez NeXT pendant six mois en posant une condition : l’absolue liberté sur mes allers-retours à Paris où ma compagne venait de trouver un travail. Steve a accepté, étrangement, et je rentrais un week-end sur deux à Paris. Je suis finalement resté dix ans. Ce fut l’époque la plus amusante, plus même que chez Apple ensuite : NeXT était une petite boîte où l’on démarrait plein de choses, nous étions à peine trente quand j’y suis entré. Tout le monde travaillait jour et nuit ; Steve arrivait à trois heures du matin avec une idée nouvelle qu’il fallait mettre en pratique immédiatement. Nous étions des rêveurs, nous voulions changer le monde. Il y avait une proximité, notamment avec Steve, qui était très féconde. Apple était et est toujours une machine comportant beaucoup de problèmes politiques internes. Chez NeXT , notamment avec Bertrand Serlet, nous avons construit ce qui est devenu Mac OS 10 et plus tard le système d’exploitation de l’iPhone .

Nous avons mis en place tout le système d’exploitation, en mettant vraiment l’accent sur la construction de l’interface. Nous avons créé l’espace le plus pratique pour créer des programmes, un espace vraiment avant-gardiste , mais qui nécessitait des machines très coûteuses. Le succès d’estime a été très important, mais le succès commercial a été faible. Le CERN, qui a mis en place le Web par la suite, utilisait les machines NeXT, mais elles intéressaient surtout des banquiers qui avaient besoin d’interfaces agiles pour accélérer les opérations financières. Le travail était plus intéressant avec le CERN et Tim Berners-Lee, et  il a pris toute son ampleur à la fin des années 1990.

De mon côté, je suis parti trois mois avant le rachat de NeXT par Apple en 1996, car l’orientation bancaire ne me convenait pas. Steve était alors principalement occupé par Pixar - j’ai vu toutes les étapes de la création de Toy Story . Il était ailleurs, en quelque sorte ; et j’avais besoin de retourner en Europe. Pour l’anecdote, j’avais trois mois pour utiliser mes stock options après mon départ de NeXT . Je ne m’en étais pas du tout occupé. C’est Steve qui m’a appelé à trois heures du matin la veille de l’annonce du rachat de NeXT par Apple pour m’annoncer la nouvelle, une semaine avant la date d’expiration de mes stock options! On agit rapidement dans ces cas-là !

L’invention de l’iPhone et du cloud

Bertrand Serlet a participé au retour progressif de Steve Jobs chez Apple , et a été un pivot de l’intégration du système NeXT sur OS 10 . Pendant ce temps, je me suis intéressé surtout à l’Internet qui se mettait en route, avec le moteur Altavista de Louis Monier notamment. En 2000, avant la sortie de l’iPod , Steve est venu à Paris prendre un autre pouls. Il a toujours tenu à développer des accroches extérieures. Je lui ai dit alors qu’il n’aurait pas d’autre choix que celui de faire un téléphone mobile. Il ne comprenait pas bien l’idée : les Américains avaient été les premiers sur le marché du mobile, mais patinaient depuis quelques temps. Leur esprit était bloqué par des téléphones vieillots et des réseaux trop faibles. L’Europe faisait des téléphones beaux mais peu fonctionnels avec un accès au réseau volontairement limité. Les industriels voulaient contrôler ce dernier et l’avaient bloqué - avec le WAP - histoire d’en rester les maîtres. Au Japon, en revanche, les gens suivaient déjà le GPS sur leur téléphone !


La solution, pour moi, se trouvait dans le software . Les Japonais ne le maîtrisaient pas complètement en interne et avaient des difficultés pour aller plus loin et  agrémenter leurs portables d’applications plus développées. Nokia , qui avait aussi une ambition mondiale, était bloqué par l’absence de système d’exploitation semblable à celui des ordinateurs. J’avais donc donné cette idée à Steve : un téléphone avec l’équivalent de Mac OS 10 , dont Apple maîtriserait intégralement le software , que l’on pourrait fournir en applications diverses. On sait l’ampleur que l’idée a prise ensuite.


Steve a tout de suite trouvé le nom d’iPhone mais n’était pas convaincu de la validité du projet, d’autant qu’il voulait s’assurer d’avoir tout le marché de la musique avec l’iPod avant de se lancer dans la téléphonie. J’ai monté à Paris une équipe de 25 personnes pour créer un système de relais entre l’ordinateur et les autres futurs outils : j’avais vraiment la certitude que les outils allaient se multiplier, qu’il faudrait les interconnecter et faire en sorte que les utilisateurs ne se posent plus le problème des données. Tout – contacts, rendez-vous, etc. - devait être disponible. C’était la clé de ce qui est devenu ensuite le cloud , et cela a été fait à Paris !

En 2006, Steve a décidé de faire ce téléphone : l’iPod commençait à décliner et il a eu l’idée de génie de faire un portable sans clavier – chose impensable à l’époque, qui a provoqué de nombreux remous chez Apple . Nous étions un projet secret, à peine connu d’Apple France . Lorsque Steve a pris la décision de mettre le projet en production, il a tout fermé à Paris et je devais retourner aux États-Unis pour continuer. Je n’en avais pas envie, d’autant que la partie vraiment innovante – celle qui m’intéressait le plus - était presque achevée.

Retour en images

J’ai ensuite participé à l’élaboration d’une encyclopédie de l’image en ligne, Fotopedia  : nous avions réussi à rassembler beaucoup de photos mais le modèle économique était bancal. Au moment où Apple a sorti l’iPad , nous avons eu l’idée de créer une application photographique, Heritage , qui pourrait utiliser notre fonds. L’application, labellisée par l’UNESCO, a eu un très grand succès, mais n’a pas réussi le passage à un modèle payant. On a donc basculé dans un support magazine pour faire revenir régulièrement les utilisateurs. Nous avons vécu grâce à la publicité jusque à l’arrivée de Facebook qui a fait s’effondrer le prix des annonces publicitaires. Sans la marge suffisante pour nous ajuster à Facebook , nous avons fermé. C’est le principe de toute start-up : elle évolue, change de direction stratégique, de produit, de client… et doit accepter la loi de la concurrence !

Aujourd’hui, ma compagne et moi avons une fondation environnementale, la Fondation Iris , qui soutient de nombreux projets de sensibilisation. Nous avons, par exemple, fait une mission en Papouasie avec des photographes, des dessinateurs mais aussi des ornithologues et spécialistes des fonds marins pour réaliser des films et des montages photographiques, etc… La fondation soutient aussi des projets d’agriculture biologique et de protection des sites et de la biodiversité.

Entretien fait à Rocquencourt le 4 avril 2017.

Mots-clés : Histoire d'Internet Histoire de l'informatique Histoire d'Inria Jean-Marie Hullot

Haut de page

Suivez Inria