Sites Inria

Distinction

S. A. - 11/08/2017

Concours i-LAB 2017 : 3 lauréats Inria distingués dans le domaine des technologies médicales

Initié en 1999 par le ministère en charge de la Recherche et organisé en partenariat avec BpiFrance, le concours national d’aide à la création d'entreprises de technologies innovantes a distingué 62 lauréats, dont 3 sont issus d’Inria.

19 ans de création d'entreprises

Le concours i-Lab vise un double objectif : détecter et faire émerger des projets de création d’entreprises s’appuyant sur des technologies innovantes et favoriser le transfert des résultats de la recherche vers le monde socio-économique. Avec plus de 1 820 entreprises créées dont 70% toujours en activité, il s'est institué comme le premier dispositif d'amorçage en France. Pour la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation Frédérique Vidal, ce concours, dont plus de la moitié des lauréats de cette 19e édition sont issus de la recherche publique, est "une vitrine de l'excellence de l'entrepreneuriat français " mais aussi "un moyen de rapprocher encore la recherche publique et le monde socio-économique.

Les trois projets lauréats Inria

Neurinnov : David Guiraud de l'équipe-projet Camin

Proposer une solution aux patients gravement touchés par des pathologies en impasse thérapeutique : c'est la proposition de NEURINNOV (pour NEUrostimulation généRIque et INNOVante). L'offre, unique en Europe, est soutenue par Inria et s’appuie sur un partenariat articulé autour d'un réseau de médecins experts et d’industriels complémentaires. L'objectif est le développement de neuroprothèses implantables mêlant technologies et expertises, permettant d'apporter une solution en premier lieu aux déficiences sensori-motrices sévères, avec une extension envisagée à d’autres pathologies de même type.


inHeart : Jean-Marc Peyrat, ancien doctorant de l'équipe-projet Asclepios

"Spin-off" de l’IHU Liryc et d'Inria, inHEART propose un service outillé qui transforme les images scanner et IRM des patients en des cœurs virtuels personnalisés. Le résultat, intégré aux environnements interventionnels existants, permet aux cardiologues une visualisation 3D en temps réel de ses instruments. Il en résulte un traitement plus sûr, plus simple, plus court et plus efficace grâce à la visualisation directe. L'approche personnalisée par l'imagerie devrait permettre d'en améliorer les résultats et d'en démocratiser l’usage. La solution pourra être utilisée pour la prise en charge de la tachycardie ventriculaire responsable de morts subites, la fibrillation auriculaire ou encore, la sélection de patients avant l'implantation de pacemakers ou de défibrillateurs.


Therapanacea : Nikolaos Paragios, de l'équipe-projet Galen

Si, aujourd’hui, plus de 90% des patients nécessitant une re-planification de leur traitement radiothérapeuthique continuent à être traités selon un plan original devenu obsolète, c'est que les outils appropriés pour assister les équipes médicales n’existaient pas. Au croisement de la recherche en mathématiques appliquées et en intelligence artificielle, TheraAdaptRT introduit le recalcul en temps réel du plan d’irradiation, en tenant compte de l’anatomie du patient. Il en résulte le développement d'outils numériques intelligents sous la forme d'une nouvelle brique logicielle dédiée à la radiothérapie adaptative. En optimisant la chaîne de traitement, la solution pourrait notamment permettre de traiter au moins deux fois plus de patients, tout en augmentant leur sécurité et leurs chances de survie.

Haut de page

Suivez Inria tout au long de son 50e anniversaire et au-delà !