Sites Inria

English version

Stratégie

AB - 25/05/2010

Une alliance pour le numérique

L’alliance pour les sciences et technologies du numérique, baptisée Allistene, est née le 17 décembre 2009. Elle fédère les grands acteurs nationaux des sciences et technologies du numérique que sont l’Inria, le CNRS, le CEA, la CPU, l’institut Télécom et la CDEFI, avec pour mission de coordonner et programmer la recherche publique dans le domaine. Claude Labit, délégué général d'Allistène et directeur de recherche Inria, nous éclaire sur son rôle et sur son fonctionnement.

Quel est la rôle de l'Alliance dans le paysage actuel de la recherche en sciences du numérique ?

L'Alliance ALLISTENE a, comme toutes les autres alliances de recherche, une mission essentielle : définir et impulser les actions collectives de l'ensemble de ses membres fondateurs et acteurs de recherche sur un périmètre scientifique donné, ici les sciences du numérique. Dans un contexte de digitalisation de l'ensemble des secteurs socio-économiques et culturels, la place d'ALLISTENE et sa responsabilité à agir collectivement sont d'autant plus fortes. À ce titre, l'ambition de favoriser les partenariats interdisciplinaires avec les autres alliances de recherche, à l'image de ce qui a pu être fait avec l'Alliance ANCRE sur le lien entre numérique et énergie, est à développer, notamment dans desdomaines aussi stratégiques que sont la santé, l'environnement, la sécurité et protection de la vie privée, les transports, l'éducation, etc. 

Quels sont les sujets centraux des groupes de travail d'Allistène ?

L'Alliance ALLISTENE organise ses actions autour de commissions pérennes et de groupes-projets, c'est-à-dire de groupes de travail à missions et durée déterminées. Une des commissions les plus actives d'ALLISTENE est la commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologies du numérique (CERNA). Elle apporte un point de vue numérique à une thématique universelle. Par ailleurs, les groupes de travail ALLISTENE actifs à ce jour concerne la cybersécurité, les infrastructures de recherche, les partenariats européens et les relations avec l'ANR. L'Alliance ALLISTENE envisage de lancer d'autres groupes-projets autour de nouveaux thèmes tels que l'édition scientifique, la science ouverte et les données de la recherche en sciences du numérique, les sciences participatives, etc. 

Quelle organisation est mise en place pour impulser ces actions ?

L'alliance ALLISTENE est gouvernée par un comité de Coordination (Cocor) qui se réunit mensuellement pour définir la stratégie générale et suivre les actions menées. Ce comité regroupe des représentants de l'ensemble des conférences ou établissements fondateurs de l'Alliance (CDEFI, CPU, CEA, CNRS, INRIA, Institut Mines-Telecom).  Celui-ci confie au délégué général le soin de coordonner les actions définies. Au travers d'une organisation structurelle volontairement souple, ALLISTENE doit être force de propositions pour renforcer la dynamique collective de recherche et ainsi jouer son rôle d'accompagnement des évolutions économiques sociétales qui s’appuieront de plus en plus sur le numérique.

Mots-clés : CDEFI Institut Télécom CPU Allistène Sciences et technologies du numérique CNRS CEA

Haut de page

Suivez Inria