Sites Inria

Standard ONS

Mathilde De Vos - 26/02/2013

Un nouveau standard pour l'Internet des Objets

Logo GS1

GS1 vient d'officialiser le standard EPC Global ONS 2.0, standard mondial en matière d'Internet des Objets. Son but est de répondre aux enjeux géopolitiques qui sous-tendent le secteur. L'équipe Inria Fun, du centre de recherche Lille – Nord Europe, a participé aux études qui ont abouti à sa définition.

GS1, le "global language of business", vient d'officialiser un nouveau standard en matière d'Internet des Objets. Il s'agit de l'ONS, pour Object Name Service (qu'on pourrait traduire par système de noms d'objets). Il est calqué sur le modèle du DNS (Domain Name Service), le service qui permet d'appeler les sites Internet grâce à leur URL.

A partir d'un identifiant lu sur le tag RFID d'un objet, l'ONS permet d'aller chercher sur Internet les informations qui lui correspondent. Grâce aux éléments contenus dans cet identifiant (le code de la société et le code de la classe du produit par exemple), l'ONS redirige une requête sur le serveur de la société qui a émis le tag.

Jusqu'à présent, toutes les informations permettant ces redirections étaient stockées sur un serveur centralisé et unique, géré aux États Unis. Le nouveau standard est une fédération, c'est-à-dire que plusieurs serveurs, administrés par des sociétés de différents pays, communiquent entre eux pour échanger les informations demandées. Cette spécificité est capitale pour résoudre les problématiques géopolitiques. En effet, celui qui contrôle le serveur racine en contrôle les informations et le trafic. Par conséquent, le serveur racine ne doit pas être unique.

Le nouveau standard ONS permet de distribuer l'ensemble des informations sur plusieurs serveurs dont aucun n'a de rôle prépondérant sur les autres. Il définit aussi la manière dont les requêtes doivent être redirigées vers la racine concernée. Cette nouvelle infrastructure apporte également plus de flexibilité et de robustesse : la présence de plusieurs serveurs autorise un plus grand nombre de requêtes simultanées et diminue le risque de saturation. Elle permet en outre de répondre à des problématiques de sécurité et de fiabilité. En effet, une racine ONS peut être ajoutée ou retirée du système sans impact sur l'ensemble des informations.

L'évolution de l'ONS vers le standard 2.0 est issue du projet ANR VERSO WINGS (2009-2012), une collaboration entre GS1 France, l'AFNIC, Orange Labs, l'Université Pierre et Marie Curie, le GREYC et Inria.

Mots-clés : Equipe Fun ONS Internet des objets

Haut de page