Sites Inria

Arts & science

Samia Rabia - 7/10/2011

Les arts, nouvelle source d'inspiration pour les sciences

Damassama - © Alexandre Maubert

La science inspire les arts. Et L'art inspire la science. Robotique, programmation, algorithmique, simulation, modélisation, réalité virtuelle... autant de thèmes de recherche qui intéressent les artistes contemporains en quête de territoires inexplorés. De leur côté, les chercheurs voient dans les arts de nouveaux défis technologiques et scientifiques à relever. Inria participe à ce mouvement. Un peu partout en France, les chercheurs Inria collaborent à de nouvelles expériences artistiques. Petit tour d'horizon de quelques collaborations passées, en cours et à venir.

Une tribu de petits robots curieux et bavards

T. Yokoo, D. Lynch, ESO © S. Kaulitzki - Fotolia.com

Cet automne, la Fondation Cartier ouvre ses portes aux mathématiques et aux chercheurs Inria. L'exposition « Mathématiques, un dépaysement soudain » invite à voyager au cœur de la pensée mathématique. Du 21 octobre 2011 au 18 mars 2012, six grands mathématiciens collaborent avec huit artistes de renom pour donner à comprendre les mathématiques à travers des expériences sensibles. Dans ce cadre, Pierre-Yves Oudeyer et son équipe-projet Flowers exposeront « les derniers résultats de leurs travaux sur une société de robots doués de curiosité ». Pour cette exposition, les chercheurs d'Inria ont conçu et réalisé cinq robots capables d'apprendre un langage et dotés de curiosité artificielle. Les petits robots devraient interagir entre eux et avec les visiteurs dans un espace consacré au mathématicien "Mikhail Gromov". Le tout orchestré par le célèbre cinéaste David Lynch, un familier de la Fondation Cartier et des arts numériques.


De nouveaux dispositifs interactifs 3D

© Expérimenta

Jusqu'au 10 octobre, les chercheurs Inria de l'équipe-projet Évasion ont participé au salon Expérimenta sur les interfaces homme-machine. Le public a pu tester deux dispositifs interactifs « made in » Inria. Handnavigator est une souris 3D surmontée de capteurs qui permet de manipuler des objets virtuels. Ce dispositif préfigure la sculpture virtuelle débarrassée des contraintes du monde réel tel que le séchage de la matière. Le logiciel Aestem studio permet de dessiner et de sculpter des objets en 3D dans l'espace de manière intuitive et interactive. Il permet également de s'affranchir des contraintes du réel liées à l'utilisation des matériaux. Le nouveau dispositif fournit aux artistes des outils de modélisation 3D.


Des installations qui jouent avec nos sens

Monade © Alexandre Maubert Monade - © Alexandre Maubert

Cet été, l'équipe-projet Mint et son responsable Laurent Grisoni ont collaboré à deux installations présentées au Studio national d'art contemporain Le Fresnoy de Lille dans le cadre du rendez-vous annuel de la création Panorama 13.

Réalisée par le cinéaste et plasticien Alexandre Maubert, l'installation vidéo « Monade » fait appel à la détection du geste et à la réalité virtuelle. Elle propose une véritable expérience cinématrographique, interactive et sensible. La caméra immerge le spectateur dans un quartier fermé de Buenos Aires avec lequel il interagit par ses gestes.


Damassama - © Alexandre Maubert

La seconde installation « Damassama » de Léonore Mercier place le visiteur en chef d'orchestre au centre d'un cercle de bols tibétains. Dès que les mains du visiteurs désignent les bols, ceux-ci libérent des sons. Damassama est actuellement présenté à l'Espace Culture de Lille1 et ce jusqu'au 10 novembre.

Dans les prochains mois, l'équipe-projet Mint devrait poursuivre ses collaborations avec le monde des artistes, en particulier avec le groupe de musique EZ3Kiel. Un prochain concert est prévu au début de l'année 2012.


Des tissages aux motifs complexes réalisés à partir d'automates cellulaires

© Nazim Fatès

Autre exemple de collaboration entre arts et science. En 2008, les artistes René Sultra et Maria Barthélemy s'intéressent aux travaux du chercheur Inria Nazim Fatès de l'équipe-projet Maia sur les automates cellulaires et à son logiciel FiatLux. L'idée des artistes : intégrer dans leur oeuvre des tissages dont les motifs seraient réalisés à partir du déroulement de processus d'automates cellulaires. Pour réaliser le tissage, le trio fait également appel à François Roussel, désigner et ingénieur textile. Baptisé « Sentimental journey », le projet a été présenté en juin 2008 à la Maison Salvan Arts et Science à Carjac dans le Lot. Une prochaine collaboration entre Nazim Fatès et les deux artistes pourrait voir le jour dans les prochains mois.

Mots-clés : Arts Dispositifs interactifs Fondation Cartier Expérimenta Aestem studio Interfaces Homme Machine Interactions à geste Studio national d'art contemporain Damassama Alexandre Maubert Léonore Mercier EZ3KIEL René Sultra Maria Barthélemy Nazim Farès Automates cellulaires 3D Handnavigator Virtualisation Réalité virtuelle Le Fresnoy Monade Laurent Grisoni Pierre-Yves Oudeyer

Haut de page